Lors d'une convention organisée par ses proches, samedi 28 septembre, Marion Maréchal, officiellement en retrait de la vie politique, a prononcé un discours quasiment programmatique, dont « Le Monde » a fait analyser de larges extraits par quatre chercheurs.
Marion Maréchal, les mots de l’extrémisme

Marion Maréchal mène un combat incontestablement politique. Peu importe que son retour sur la scène électorale soit fantasmé ou non, sa parole est écoutée et commentée, espérée autant qu’attaquée par droite extrême et extrême droite. « Je n’ai pas l’intention d’être candidate à la présidentielle de 2022 », jurait-elle mardi 1er octobre, tout en assumant dans le même Tweet un objectif éminemment politique : « Casser les digues partisanes. » Et briser le cordon sanitaire qui entoure encore fragilement le parti cofondé par son grand-père Jean-Marie Le Pen et dirigé par sa tante Marine Le Pen.

Celle qui fut élue députée Front national à 22 ans et se proclame aujourd’hui « retraitée » à 29 ans promet le silence à chacun de ses retours médiatisés, masque « Le Pen » de son patronyme… Elle sème pourtant, depuis son départ de l’appareil frontiste au lendemain de la présidentielle perdue par sa tante en 2017, autant de cailloux sur le chemin du retour. Samedi 28 septembre, lors de la « convention » organisée par ses proches, Marion Maréchal est ainsi remontée à la tribune pour un discours programmatique.

Un discours...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !