Après les bombardements, la population est désormais sous la menace de pièges explosifs laissés par les combattants.
Libye : des dizaines de civils tués par des mines autour de Tripoli

Les troupes du maréchal Haftar quittent la banlieue Sud de Tripoli, repoussées par le GNA, l'armée du gouvernement de l'Ouest libyen. Mais, vraisemblablement pour ralentir la progression de leur adversaire, les soldats d'Haftar piègent les bâtiments sur les terrains qu'ils abandonnent. Une fois encore, les civils sont aussi des cibles quand ils veulent récupérer leurs logements. Tarhouna, Tripoli et maintenant Syrte. A chaque fois le procédé est le même.

Le 10 juin, sept personnes ont été tuées et dix autres blessées dans l'explosion de mines dans la banlieue Sud de Tripoli. Depuis le début du mois, ce sont plus de 30 personnes qui ont été tuées et 60 blessées dans l'explosion de mines, essentiellement des civils, selon le ministère de la santé du GNA à Tripoli, relaie l'AFP.

Des casseroles piégées

L'imagination des combattants pour terroriser la population est sans limite. "Différents témoignages ont ainsi fait état de mines posées dans des chasses d'eau, des casseroles, des poêles ou sous des briques", rapporte l'AFP. Sur les réseaux sociaux, on voit fleurir les exemples de ces pièges, notamment sur des jouets, sans qu'on soit en mesure de dire si...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !