DROITS HUMAINS - Après onze ans à sillonner les routes escarpées d'Amérique latine, le rallye Dakar va partir pour la première fois d'Arabie saoudite dimanche. Un choix vivement contesté par les ONG de défense des droits de l'Homme, que LCI a pu interroger. En cause, les atteintes répétées aux libertés individuelles.
Le Dakar en Arabie saoudite : "Un cynisme incroyable doublé d'une contradiction choquante" pour les ONG

Sous le sable, la répression. Onze ans après avoir quitté l'Afrique pour l'Amérique latine, le célèbre des rallye-raid va planter son bivouac dans le désert saoudien, à partir de dimanche 5 janvier et pour les cinq prochaines éditions. Une destination qui déplaît aux ONG de défense des droits de l'Homme en raison des manquements répétés du régime de Riyad en la matière. Pour elles, "le Dakar ne doit pas être une tribune offerte à l'Arabie saoudite" pour faire oublier sa sombre réalité quotidienne. 

"C'est un pays où on exécute, où on torture, où on assassine ses opposants", rappelle à LCI Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des droits de l'Homme (LDH). "La situation des droits humains sur place est catastrophique et a empiré ces derniers mois", nous confirme Yasmine Laveille, responsable du bureau Afrique du Nord et Moyen-Orient à la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH). Depuis 2015, le royaume (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !