Alors que la centrale assure empêcher la sortie de gazole, d'essence et de fioul de sept des huit sites de raffinage dans l'Hexagone, l'Union française des industries pétrolières fait savoir qu'il y a des difficultés d'approvisionnement dans 2,6 % des stations-service.
La CGT fait peser la menace d’un long blocage des sites pétroliersAFP

Le blocage des raffineries de pétrole et des dépôts de carburants est une arme souvent utilisée, et la CGT y a recourt depuis jeudi 5 décembre. La centrale de Montreuil (Seine-Saint-Denis) assurait, mardi, empêcher la sortie de gazole, d’essence et de fioul de sept des huit sites français de raffinage appartenant à Total (cinq), à Pétroinéos et à ExxonMobil. Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la CGT-Chimie, voit dans cette mobilisation du privé un démenti à « la communication du gouvernement, qui veut faire croire que seuls les salariés des régimes spéciaux sont mobilisés ».

« Toutes les raffineries produisent normalement et la distribution est assurée par les stocks de réserves des deux cents dépôts répartis sur le territoire », assure Francis Duseux, président de l’Union française des industries pétrolière (UFIP). Il ne compte que cinq raffineries d’où les carburants ne peuvent plus sortir par camions-citernes, trains ou pipelines. S’il y a bien des difficultés d’approvisionnement dans 2,6 % des stations-service, ajoute-t-il, « c’est dû aux automobilistes qui font le plein par peur de la pénurie, ce qui...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !