MOYEN ORIENT - Le président iranien Hassan Rohani, reconnaissant implicitement que la catastrophe de l'avion abattu avait provoqué une crise de confiance envers les autorités, a tendu la main ce jeudi aux manifestants.
Iran : la crise de confiance qui inquiète le régime

"Le peuple est notre maître et nous sommes ses serviteurs". Au cours d'une allocution en conseil des ministres et, chose rare, retransmise à la télévision d'Etat,  Hassan Rohani a esquissé un timide mea culpa. En cause : la catastrophe de l'avion ukrainien, abattu par Téhéran qui, dans un premier temps, avait nié toute implication. Une erreur de communication qui s'est retournée contre le régime, déjà empêtré dans la crise.

Le drame du Boeing d'UIA a en effet provoqué indignation et colère, notamment au sein de la jeunesse universitaire. Les médias iraniens, considérés comme proches du pouvoir, ont reconnu ce malaise en rendant compte de manière très inhabituelle des slogans hostiles aux autorités scandés dans les manifestations étudiantes qui ont eu lieu chaque jour à Téhéran entre samedi et mardi. "A l'heure où vous devez venir pour présenter des excuses et des explications, vous restez muets! Pourquoi nous couvrez-vous de honte devant l'audience?", a par (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !