Thomas Abinal et Amaury de Calonne, fondateurs de Monetivia, dénoncent « l'injustice à laquelle font face les investisseurs en nue-propriété : le bien acheté est soumis à l'IFI si vendu par un senior, mais non soumis à l'impôt si vendu par un promoteur »
Impôt sur la fortune immobilière (IFI) et nue-propriété : un choix coupable

La France vieillit. Elle compte plus de 9 millions de personnes âgées de plus de 70 ans (près de 16 % de la population début 2020), qui sont pour 75 % d’entre eux propriétaires de leur résidence principale. Ce patrimoine immobilier représente un stock d’épargne considérable, que l’Insee avait estimé en 2015 à environ 1 500 milliards d’euros. Un ordre de grandeur comparable aux encours en assurance vie. Cette épargne immobilière, les seniors sont de plus en plus enclins à la monétiser pour la mettre au service de leur bien-vieillir, donner de leur vivant des liquidités à leurs enfants ou faire face à de futures dépenses liées à la perte d’autonomie.

Monétisation de l’immobilier. Pour monétiser leur logement, les seniors peuvent en vendre une partie, à savoir la nue-propriété : un droit réel que le Code civil définit comme la pleine propriété du bien amputée du droit de l’habiter ou de le louer. En clair, ils vendent les murs mais conservent l’essentiel, l’usage du bien et ses revenus pendant une certaine durée. Encore faut-il que l’offre rencontre la demande. Pour un investisseur, acquérir la nue-propriété d’un bien peut...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !