« Les Echos » ont épluché les annexes du projet de loi de finances 2020 qui dessinent un état de lieux deux ans après le début de la fin du secret bancaire
Evasion fiscale : premier bilan deux ans après l’échange automatique d’informations

Bercy peut se féliciter de la coopération fiscale internationale. Depuis la mise en place de l’échange automatique d’informations, les agents du ministère des Finances ont pu s’intéresser depuis 2017 à 3,5 millions de comptes bancaires ouverts à l’étranger, directement ou indirectement, par des contribuables français. 86 pays, dont la Suisse, le Luxembourg, le Panama, les Iles Caïmans ou de Jersey, ont transmis l’identité des propriétaires des comptes et le montant de leurs avoirs.C’est au fisc ensuite de chercher si fraude il y a et de sévir.

D’après ce rapport figurant en annexe du Budget consulté par Les Echos, 14 Etats n’ont pas encore joué le jeu. Des raisons techniques ou juridiques sont avancées. Il s’agit de la Russie, la Turquie, le Qatar, Israël, les Iles Marshall, Vanuatu ou Antigua-et-Barbuda.

Les grandes entreprises traquées. Avant l’adoption de l’échange automatique, il y avait les échanges sur demande, procédure toujours utilisée par la France. En 2018, elle a adressé 4 745 demandes en matière d’impôt direct (+ 30% en un an). Elles concernent principalement nos voisins : Luxembourg, Suisse et Royaume-Uni et...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !