Ce métal toxique et cancérogène présente des risques pour la santé des agriculteurs et des consommateurs.
Environnement : l’Anses exige moins de cadmium dans les engrais

Haro sur le cadmium. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a recommandé le 26 septembre de diminuer les niveaux de cadmium, un métal toxique et cancérogène, présents dans les engrais. Une façon d’"agir à la source" pour éviter "l'exposition des consommateurs par la voie alimentaire", précise l’Agence.

Des risques pour les reins et les os

En effet, l’Anses rappelle que "certaines populations sont surexposées au cadmium par l’alimentation et souligne donc la nécessité de mettre en œuvre des mesures de protection visant à réduire les apports en cadmium". Présent à l’état naturel dans l’environnement, les activités agricoles et industrielles ont fait grimpé ses taux.

Problème : "il pénètre facilement dans les végétaux par leurs racines et entre ainsi dans la chaîne alimentaire" note l’Anses. Or le cadmium, "reconnu cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction" peut entraîner chez l’humain "des atteintes rénales et une fragilité osseuse lors d’une exposition prolongée, notamment par voie orale via l’alimentation et l’eau de boisson" détaille l’Agence...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !