Sévèrement critiqués et mis en cause par d'autres spécialistes, les deux chercheurs interrogés par l'Opinion sur la crédibilité et les « récits triomphalistes » sur la dissuasion française réagissent
Dissuasion nucléaire : «Preuves à l’appui», par Benoît Pélopidas et Sébastien Philippe

Les faits :

L’Opinion a publié le 23 février un entretien avec deux chercheurs qui remettent en cause le récit dominant sur les débuts de la dissuasion nucléaire française. Cet article a provoqué de nombreuses réactions dans les milieux spécialisés. Nous avons publié deux réponses très critiques et faisons de même aujourd’hui avec la réaction des intéressés. Avec toujours le souci de favoriser le débat.

L’histoire nucléaire de la France mérite une évaluation précise, preuves à l’appui. Les réponses que nous avons reçues, celles de Maurice Vaïsse et de Dominique Mongin puis de François Géré et Philippe Wodka-Gallien, en manquent cruellement, ignorent celles que nous apportons, commettent d’importantes fautes méthodologiques et font obstruction à l’avancée de la connaissance en recourant au procès d’intention. Dans l’article de Cold War History qui constitue le point de départ de cet échange, nous avançons deux arguments et une implication que nous précisons ici.

Pas de rationalité stratégique jusqu’en 1974

Nous montrons que si la rationalité stratégique veut dire que : 1) on fixe les objectifs avant les moyens qui les...

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !