Extinction Rébellion revendique un sabotage de 3 600 véhicules à Paris, Bordeaux et Lyon. Le mouvement écologique a ciblé des engins trop polluants selon eux.

« Nous envisageons de porter plainte ». Contacté vendredi 6 décembre, le porte-parole de Lime, opérateur de trottinettes électriques en « free floating » (sans station) est consterné par l’opération menée par Extinction Rebellion (XR) à Paris, Bordeaux et Lyon, jeudi, jour des manifestations contre la réforme des retraites. « C’est du vandalisme ». Voi, autre prestataire, envisage aussi de porter plainte. « Nous condamnons fermement ces actions », déclare Lucas Bornert, directeur de Voi France.

Le groupe XR, qui prône la désobéissance civile non-violente face à l’inaction climatique des gouvernements, a ciblé les trottinettes en libre-service, trop polluantes selon eux. « En raison de leur production très énergivore, de leur faible durée de vie, et de la nécessité de les transporter tous les soirs pour les recharger », ont-ils expliqué, jeudi, dans un communiqué. Un sabotage qu’ils justifient aussi par leur soutien à la mobilisation, en qualifiant les objets roulants de « briseurs de grèves ». Ils pointent du doigt un partenariat entre la RATP et certains opérateurs de trottinettes.

Les QR codes ont été...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !