Plusieurs fédérations patronales et groupes d'intérêts font pression auprès des dirigeants français et européens pour alléger des normes environnementales ou repousser de nouvelles lois.
Derrière les discours écolos, comment les lobbys tirent profit de l'épidémie de Covid-19 pour relancer leur industrie

Les questions d'environnement, "ça commence à bien faire", lançait Nicolas Sarkozy aux agriculteurs français en 2010. Dix ans plus tard, le mot semble toujours d'actualité pour certains industriels. Face à l'épidémie de coronavirus et la paralysie de plusieurs secteurs, leurs dirigeants se succèdent sur les plateaux de télévision et de radio pour alerter, avec emphase, sur leur situation et appeler à l'aide. En coulisses, certains en profitent pour infléchir des normes environnementales, passées ou à venir.

Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

"La situation est quand même très grave, ce sont des chiffres [sur le recul de la croissance] que notre génération ne connaît pas", alerte sur RTL le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. "La filière [automobile] joue sa survie", avertit dans Les Echos (lien abonné) l'ancien ministre Luc Chatel, président de la Plateforme automobile qui représente la filière française. "Quand le transport aérien lutte pour sa survie, il serait choquant que le gouvernement maintienne des taxes comme la taxe dite de 'solidarité' et 'l'éco-contribution'", prévient le...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !