Alors que le tir inaugural de la fusée Ariane 6 a été reporté au deuxième trimestre 2022 en raison de difficultés techniques, ArianeGroup entend rester compétitif face à l'entreprise américaine SpaceX. Seule solution selon elle : couper dans ses effectifs, comme elle l'a annoncé jeudi 23 septembre. 600 postes en France et en Allemagne sont menacés.

La direction d'ArianeGroup l'appelle pudiquement « plan d’adaptation ». En réalité, il ne s’agit ni plus ni moins que de coupes dans les effectifs. Au total, 600 emplois en France et en Allemagne vont être supprimés d’ici la fin de l’année 2022, a annoncé la direction du fleuron européen jeudi 23 septembre. La directrice des ressources humaines de l'entreprise, Florence Gallois, précise qu’aucune fermeture de site n'est prévue dans ces deux pays.Qui est concerné ?D’après une source syndicale, « tous les postes de travail sont concernés, sauf les personnels en atelier ». Comme l’a précisé Florence Gallois, ces suppressions vont toucher « les fonctions liées à la structure de l'entreprise », comme la gestion de projets ou les fonctions support. Et combien de suppressions sont à craindre en France ? Philippe Gery, le délégué syndical central CFE-CFC, explique qu’il y a 350 départs naturels chaque année dans l’Hexagone. « Si on y ajoute le flux d'embauches que l'entreprise va maintenir, il faudra faire partir 150 à 200 personnes », estime-t-il.ArianeGroup est une co-entreprise fondée en 2015, détenue à 74 % par Airbus et Safran. Ainsi, sa direction assure travailler avec ses deux...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >