L'ancien joueur de rugby Aristide Barraud fait un parallèle entre la préparation physique des Bleus et « la mort par surcharge de travail », phénomène de société au Japon, dans la chronique qu'il tient pour « Le Monde » au fil de la compétition.
Coupe du monde de rugby 2019 : le XV de France évite le « karoshi »AFP

« Ovale-Levant ». Retrouver des lieux de notre passé aide à mesurer les changements de nos vies. En juillet, des années après mon dernier stage, je retrouvai le Centre national de rugby à Marcoussis. Le XV de France effectuait sa grande rentrée avec photos officielles, mesures pour smokings et remise de paquetages.

Les saisons à rallonge abîment les physiques et usent les esprits. Après leurs courtes vacances, je retrouvais des vieux copains en plus mauvais état que moi. Depuis quatre ans, je soigne mon corps, eux continuent de mettre leur physique à rude épreuve. J’assistais à leurs premiers tours de piste, à peine reposés, attaquant une préparation démoniaque, pour beaucoup la plus éreintante de leur carrière. J’observais la reprise de leurs corps endoloris et craignais pour eux, à chaque nouveau pas, un karoshi.

Brûlante préparation

Véritable phénomène de société, le karoshi, ou « mort par surcharge de travail », est un des grands maux de la société nippone contemporaine. Relancé par une vague d’émotion collective il y a quelques mois après la mort de jeunes et prometteurs mangakas (auteurs de mangas) soumis à...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !