CYBER – La plateforme cybermalveillance.gouv.fr enregistre une forte augmentation des signalements et des demandes d'assistance depuis le début du confinement…
Confinement : retour en force des rançongiciels et du faux chantage à la webcam

La courbe est vertigineuse. Depuis jeudi soir, les demandes d’assistance sur la plateforme cybermalveillance.gouv.fr explosent. La raison ? Le retour d’une arnaque bien connue des policiers et magistrats spécialisés : le chantage à la pornographie ou faux piratage de webcam. Le principe est simple mais redoutable : vous recevez un mail indiquant que vous avez été filmé à votre insu grâce à la webcam de votre ordinateur alors que vous consultiez des sites pornographiques. Le paiement d’une rançon, en bitcoins, est alors proposé contre la promesse de la destruction de la vidéo soi-disant compromettante.

Evidemment, le pirate ne dispose absolument pas de cette vidéo. Mais il est assez convainquant pour que des victimes tombent dans le panneau. Et cette fois-ci, il use d’un moyen très efficace pour mettre la pression. Le pirate dit écrit dans l’objet du mail l’alias du destinataire et son mot de passe, comme pour lui signifier qu’il a pu rentrer dans son ordinateur. "Ce sont des listings de mots de passe généralement anciens (...)

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !