L'épreuve de philosophie est très critiquée par les enseignants, qui déplorent le système retenu par Jean-Michel Blanquer. Lequel laisse la possibilité aux élèves de choisir entre la note de l'examen final, qui a lieu ce jeudi, et leur moyenne de l'année. 
Bac philo 2021 : les enseignants dénoncent une épreuve digne d'une "mascarade"

C'est le Jour J pour l'épreuve de philosophie ce jeudi 17 juin : 526 000 élèves de terminale de filières générale et technologique passent, en présentiel, l'une des deux seules épreuves finales du baccalauréat qui restent maintenues, avec le grand oral, en raison d'une année marquée par les restrictions sanitaires dues au Covid-19. Des aménagements ont toutefois été consentis par le ministre de l'Education nationale. Et après plusieurs semaines de protestation des syndicats lycéens contre le maintien de ces épreuves, Jean-Michel Blanquer a annoncé, début mai, que les élèves de terminale pourraient "choisir la meilleure des deux notes" entre celle de l'épreuve finale (en présentiel) et leur moyenne sur l'année (en contrôle continu).

Le ministre assume cet entre-deux, destiné à réduire la pression sur les élèves : "Ce qui m'a paru important, c'est de maintenir une épreuve terminale. En même temps, cette année, nous devions avoir une bienveillance particulière vu la situation", a-t-il défendu. Pour les enseignants interrogés par franceinfo, ce choix apparaît pourtant comme la "pire des solutions possibles", tranche Sophie Vénétitay,...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !