Profitant d'un regain d'intérêt international pour le Parthénon, qui vient de rouvrir aux visiteurs, la Grèce presse à nouveau Le Royaume Uni de lui rendre les frises du site antique qu'il détient.
Athènes réclame à nouveau à Londres la restitution des marbres du Parthénon

Alors que le Parthénon d'Athènes, fermé durant l'épidémie de nouveau coronavirus, vient de rouvrir ses portes aux visiteurs, le bras de fer entre Athènes et Londres reprend au sujet des frises de ce site antique détenues par le British Museum de Londres. La Grèce, qui conteste la propriété du musée britannique sur ces frises, a pressé de nouveau samedi le Royaume-Uni de lui restituer les marbres du Parthénon.

Devenues des pièces maîtresses du British Museum, ces frises antiques - dont des représentations de batailles mythiques entre Grecs et centaures - ont été détachées du Parthénon et expédiées au Royaume-Uni au début du XIXe siècle par le diplomate britannique Lord Elgin.

Londres a toujours refusé de restituer ces sculptures, également connues sous le nom de marbres d'Elgin, arguant qu'elles avaient été emportées avec l'autorisation des dirigeants ottomans d'Athènes de l'époque.

Athènes considère que ces frises ont été pillées

"La réouverture des sites archéologiques (...) est l'occasion pour les comités internationaux soutenant la restitution des marbres du Parthénon de réaffirmer leur demande incessante et celle du gouvernement grec...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !