Les Etats-Unis et les talibans s'apprêtent à signer samedi un accord historique à Doha, qui ouvre la voie à un retrait total des troupes américaines après 18 ans de guerre et à des négociations de paix inédites interafghanes.

Les Etats-Unis et les talibans s'apprêtent à signer samedi un accord historique à Doha, qui ouvre la voie à un retrait total des troupes américaines après 18 ans de guerre et à des négociations de paix inédites interafghanes.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo est arrivé dans la journée à Doha pour assister à la signature de l'accord après des mois de négociations menées avec l'intermédiaire du Qatar.

Le texte doit être signé vers 12H45 GMT par le négociateur de Washington, Zalmay Khalilzad, et le chef politique des talibans, les insurgés afghans, Abdul Ghani Baradar.

Il ne s'agit pas d'un accord de paix à proprement parler mais il permettra d'amorcer une sortie des Etats-Unis de la plus longue guerre de leur histoire.

Vendredi, le président Donald Trump a exhorté les Afghans à "saisir la chance de la paix". "Si les talibans et le gouvernement afghan parviennent à respecter leurs engagements, nous aurons une voie toute tracée pour mettre fin à la guerre et ramener nos soldats à la maison."

Les autorités afghanes, elles-mêmes aux prises avec les divisions nées d'une élection présidentielle contestée, ont jusqu'ici été tenues à l'écart de ces pourparlers directs sans précédent entre talibans et Américains.

rel="nofollow">"Nous sommes à l'orée d'une opportunité historique pour la paix", avait dit Mike Pompeo. Le chef des talibans Sirajuddin Haqqani avait affirmé dans le New York Times que "tout le monde" était "fatigué de la guerre".

"Puisque l'accord est signé aujourd'hui, et que notre peuple est heureux et le célèbre, nous avons arrêté toutes nos opérations militaires dans tout le pays", a fait valoir à l'AFP samedi à Kaboul Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans.

- "Spéculations" -

"Il y a tellement de spéculations sur le contenu de l'accord", dit Andrew Watkins, de l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group. "On connaît les grandes lignes mais on ne sait même pas avec certitude si tous les termes de l'accord seront rendus publics."

Ces contours sont connus depuis septembre, lorsque sa signature, imminente, a été brusquement annulée par Donald Trump qui avait invoqué la mort d'un soldat américain dans un énième attentat à Kaboul.

Cette fois, les belligérants se sont entendus sur une période d'une semaine de "réduction de la violence", globalement respectée sur le terrain par les talibans, et qui prend fin ce samedi.

Sauf incident de dernière minute, les négociateurs américains, menés par Zalmay Khalilzad, pourront signer ce pacte que M. Trump brandira pour clamer, en campagne pour sa réélection dans huit mois, qu'il a tenu une de ses promesses phares: mettre fin à la plus longue guerre des Etats-Unis.

Les termes du marché conclu entre les ennemis est le suivant: les quelque 13.000 militaires américains vont commencer à se retirer d'Afghanistan, une revendication-clé des talibans; en contrepartie, ces derniers s'engageront à bannir tout acte de terrorisme depuis les territoires qu'ils contrôlent et à entamer de véritables négociations de paix avec le gouvernement de Kaboul avec lequel ils refusaient jusqu'ici de parler.

Malgré les critiques de certains observateurs pour qui elle concède trop pour trop peu, l'administration Trump assure que les garanties fournies par les insurgés répondent à la raison première de l'intervention américaine lancée en représailles aux attentats du 11-Septembre 2001 ourdis par Al-Qaïda depuis l'Afghanistan alors dirigé par les talibans.

- "Etape préliminaire" -

Dans un premier temps, les Américains devraient ramener leurs troupes à 8.600 dans les prochains mois. Le calendrier et l'ampleur des retraits ultérieurs demeurent plus vagues, même si M. Trump n'a pas fait de mystère sur le fait qu'il veut "ramener les gars à la maison" et "mettre fin aux guerres sans fin".

Washington insiste toutefois pour assurer que le retrait sera progressif et conditionnel au respect des engagements des talibans.

Quelque 30 pays devraient être représentés samedi à Doha, mais pas le gouvernement afghan. Ce dernier a toutefois dépêché une petite délégation pour une "première prise de contact" avec les talibans.

Parallèlement, selon des médias afghans, les Etats-Unis organiseront une cérémonie avec le gouvernement afghan à Kaboul, dans l'après-midi.

Après ces cérémonies, des négociations interafghanes devraient commencer relativement rapidement, dans une ville à déterminer. Oslo a été évoquée par le passé.

"Aujourd'hui, ce n'est qu'une étape préliminaire pour le début de ce processus, ce n'est pas encore un motif de célébration pour le gouvernement et ses alliés", estime Andrew Watkins.

Les talibans ont été chassés du pouvoir en Afghanistan par une coalition internationale menée par les Etats-Unis après les attentats de 2001. Ils ont ensuite mené une guérilla incessante.

Entre 32.000 et 60.000 civils afghans ont été tués dans ce conflit, selon l'ONU, et plus de 1.900 militaires américains.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !