Retraites : ces à côtés qui ne seront pas pris en compte dans le calcul de votre pension
Parfois, de petits à-côtés peuvent rendre la vie plus facile. Ce n'est pas pour autant qu'il compteront dans le calcul de votre pension de retraite. Soyez vigilants.

Comment savoir à quoi ressemblera sa pension de retraite ? C’est une question qui taraude tout ou partie des futurs retraités… bien souvent à raison. Les Françaises et les Français connaissant particulièrement mal leurs droits, en témoigne le récent dossier que Planet a consacré à la question sur la base notamment de données Ipsos-Le Cercle des Épargnants, il n’est guère surprenant qu’ils aient du mal à estimer le futur montant de leur retraite. D’autant plus, comme l’expliquaient les différents spécialistes sollicités par nos équipes, quand le mode de calcul peut s’avérer complexe…

Pension de retraite : comment calculer combien vous allez toucher ?

En pratique, le calcul du montant de la retraite dépend de plusieurs facteurs… Et peut s’avérer relativement simple à appréhender, quand tous les voyants sont au vert. Dans le cas d’un départ à la retraite à l’âge du taux plein et avec l’intégralité des trimestres nécessaires pour y prétendre, la formule est simple, indique La retraite en clair sur son site : le montant de la pension correspond à 50% du salaire annuel moyen (SAM). Ce dernier, ainsi qu'à d'ores et déjà pu l’écrire Planet, correspond à la moyenne des 25 meilleures années de la carrière.

Du reste, la pension de retraite finale est composée de deux sources de revenus différentes : la pension issue du régime général, et celles provenant du régime complémentaire (ainsi que, dans certains cas, celle provenant du régime supplémentaire). Elle dépend du nombre de trimestres cotisés pour le régime général, acquis en travaillant et en recevant paiement. Il faut valider 150 fois le smic horaire sur un an pour obtenir un trimestre de cotisation. Mais certains à côté ne permettent pas de valider ces droits. Récapitulatif dans notre diaporama ci-après.

Lancer le diaporama

1 - L’intéressement

1/5
1 - L’intéressement

L’intéressement, informe l’Assurance Retraite dans les colonnes de Notre Temps, n’est pas soumis à cotisation. Dès lors, cela signifie qu’il ne permet pas de valider de trimestres et ne compte donc pas pour le calcul du montant de la pension.

2 - Certaines primes exceptionnelles

2/5
2 - Certaines primes exceptionnelles

La plupart des primes sont soumises à cotisation. Dès lors, cela signifie qu’elles permettent l’acquisition de droits en vue de la retraite. Cependant, ce n’est pas systématique, au contraire ! Les primes exceptionnelles, type prime “Macron”, n’engendrent pas le paiement de cotisations… et ne génèrent donc aucun droit à la retraite.

3 - Le travail clandestin ou dissimulé

3/5
3 - Le travail clandestin ou dissimulé

Par essence, le travail clandestin ou dissimulé n’est pas déclaré. Cela signifie que les Françaises et les Français qui le pratiquent ne cotisent pas sur l’argent perçu et ne génèrent donc pas de droit en vue de la retraite.

4 - Le travail d’utilité publique

4/5
4 - Le travail d’utilité publique

Les travaux d’utilité publique ou collective (TUC) permettent théoriquement l’ouverture de droits à la retraite. Cependant, explique Capitalsur son site, la rémunération qui les accompagne est généralement trop faible pour permettre l’acquisition de trimestres de retraite. Sur une longue période, cela peut engendrer un véritable manque à gagner dans la carrière.

Voir la suite du diaporama

5 - Les contrats aidés

5/5
5 - Les contrats aidés

Les contrats aidés, poursuivent nos confrères, répondent à la même logique que le travail d’utilité collective. Dès lors, les mêmes problèmes sont rencontrés par les travailleuses et les travailleurs.