Complexe, peu lisible… Votre contrat d’épargne retraite vous semble difficilement compréhensible ? C’est normal. Heureusement pour vous, il pourrait être nettement plus simple à décrypter à l’avenir. Enfin, en théorie. 

Perco, Perp, "article 83", Madelin… Sous ces noms, se cachent des contrats d’épargne retraite qui renferment en leur sein des milliards d’euros. 200 milliards d’euros précisément. Interrogé par Le Parisien, Amélie de Montchalin, une députée LREM de l’Essonne n’en démord pas. Selon elle, pas de doute : au-delà leur complexité de décryptage, les contrats en question "ne sont pas suffisamment utiles à l’économie". D’où la nécessité, poursuit Le Parisien, de les simplifier et de les rendre plus attractifs.

La bonne nouvelle tient au fait qu’un article essentiel de la loi répondant au nom de Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte) vient d’être précisé. Le Parisien a mis la main dessus. Il en ressort un certain nombre d’éléments.

Publicité
Publicité

Votre épargne retraite vous suit

A commencer par le fait que, dans le cas où vous changez d’entreprise, votre contrat retraite vous suit où que vous alliez. De fait, jusqu’à présent, il s’avérait particulièrement difficile de faire suivre votre contrat d’une entreprise à une autre. Encore plus lorsque vous changiez de statut (salarié, indépendant, etc.). Dans le cas où vous demeuriez à votre poste au sein de la même entreprise toute votre carrière, il n’y avait aucune difficulté. Mais puisque la tendance veut qu’aujourd’hui les actifs changent mainte fois de statuts et d’organisations, il était souvent compliqué, voire impossible de faire suivre ladite épargne. Sans compter que, si le transfert de contrat était possible, il pouvait y avoir quelques inconvénients. Des frais de sortie par exemple.

Faciliter la portabilité de votre contrat

Le Pacte a donc cette ambition majeure : faciliter la portabilité de votre contrat d’épargne retraite d’une entreprise à une autre. Mais il n’est question, pour l’heure, que d’un projet de loi et l’on ignore encore comment ces transferts pourront être opérés. Il se pourrait, néanmoins, indique le quotidien, que cette portabilité soit gratuite au bout de 10 années.

Mais des placements plus risqués ?

Revers de la médaille ? (Enfin tout dépend pour qui), il se pourrait que votre épargne soit, avec la loi Pacte, réorientée vers des placements plus volatiles (plus risqués) mais aussi plus rentables. Une gestion pilotée de votre contrat pourrait être instaurée en fonction de votre appétence aux risques. Si bien qu’au début de votre carrière, détaille Le Parisien, votre épargne pourrait essentiellement être investie en action, tandis qu’à l’approche de la retraite, elle pourrait être modulée vers des produits financiers moins risqués à l’instar des obligations ou des fonds en euros de sociétés d’assurance par exemple.

A noter également que, dans les scénarii possibles, le gouvernement pourrait être amené à fusionner trois ou quatre produits d’épargne retraite (Perco, Perp, Madelin, etc.). A voir donc ce qu’il adviendra.

Quand profiterez-vous de votre argent ?

Quant au versement de votre épargne : le mystère reste entier. Pour le moment tout du moins… Les acteurs bancaires préférant, de loin, que le versement en question soit effectué sous forme de rente au moment de prendre votre retraite.

Le Pacte aspirant, a priori, davantage à ce que le versement de votre épargne soit effectué en capital pour des contrats comme le Madelin, le Perp ou encore "article 83".

En vidéo - Le coup de gueule de Filliatre: La simplification de l'épargne retraite