L’ensemble des salariés du secteur privé cotisent auprès de l’Arrco pour constituer une retraite complémentaire. Les cadres cotisent également auprès de l’Agirc. Voici un décryptage pour mieux comprendre le fonctionnement de ces fédérations.

Focus sur les caisses de retraite complémentaire Arrco et Agirc

Quelle que soit leur profession, les salariés du secteur privé cotisent auprès de l’Arrco, une caisse de retraite complémentaire fondée en 1961. Les cadres sont également concernés mais ils cotisent également auprès de l’Agirc, et ce depuis 1947. Ces fédérations sont dirigées par des conseils d’administration composés notamment de représentants syndicaux et d’employeurs. Tout au long de leur carrière, les salariés accumulent un certain nombre de points. A l’heure de la retraite, ces points sont convertis en euros et la somme obtenue permet d’améliorer le niveau de la retraite de base. A noter qu’à partir du 1er janvier 2019, ces deux caisses de retraite complémentaire fusionnent.

Comment fonctionne le système des points Arrco et Agirc ?

Publicité
Chaque mois, le montant des cotisations versées auprès de l’Arrco et de l’Agirc est transformé en points. Le coût de ces points est variable chaque année. Ainsi, en 2018, un point Arrco vaut 16,726 €, alors qu’un point Agirc coûte 5,8166 €. A noter tout de même que la totalité des cotisations ne se transforme pas en points. Il existe en effet un taux d’appel s’élevant à 125 %. Ainsi, pour 100 euros versés, un salarié peut acheter pour 75 euros de points. Une fois qu'il est parvenu à l’âge de la retraite, les points sont convertis en euros. Là encore, le barème change chaque année. En 2018, un point de la caisse de retraite complémentaire Arrco équivaut à 1,2513 €, contre 0,4352 € pour un point Agirc.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet