Des Marseillais jugent le stationnement trop cher dans la cité phocéenne et ont décidé de ne pas le payer. Ils ont donc inventé une combine pour échapper aux "scan cars" qui circulent dans la ville...

Les Marseillais ne manquent pas d'imagination. Un nouveau procédé a été mis en place en 2018 pour traquer les automobilistes qui refusent de payer leur stationnement. En effet, d’après France Bleu, beaucoup d’entre eux trouvent le prix de la place bien trop élevé et refusent donc de payer leur stationnement.

Les voitures scanners (scan cars) sont redoutées dans les rues de Marseille. Ces voitures, implantées dans la ville depuis 2018, circulent dans la cité phocéenne et enregistrent les plaques d’immatriculations des voitures sans tickets. Elles sont capables de lire 1 500 plaques par heure et de vérifier si l'horodateur a été payé. Un agent dresse alors un "forfait post stationnement" (FPS) à 17 €, qui passe à 67 € en cas de non-paiement dans les délais. Il devient alors très dur pour les Marseillais d'échapper au paiement du stationnement. 

Efficace... Mais risqué 

Certains d’entre eux, résolus à ne pas dépenser d’argent pour se garer, ont tout de même réussi à trouver une parade contre ces "scan cars". En effet, en cachant une partie ou la totalité de leur plaque d’immatriculation, les automobilistes évitent le scan de la voiture de police. A chacun sa subtilité, gros scotch, morceau de papier sur une lettre ou même feuille de platane, toutes les techniques sont bonnes pour éviter les amendes. 

En agissant de la sorte, les Marseillais s’exposent toutefois à certains risques. Masquer sa plaque d’immatriculation pour échapper aux PV de stationnement est formellement interdit par le code de la route. A la place de payer le FPS de 17 €, les automobilistes phocéens encourent 3 750 € d’amendes, la confiscation du véhicule, trois ans de suspension de permis et jusqu’à cinq ans de prison.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.