Le ministre de la Santé Olivier Véran a souhaité inciter les femmes enceintes à se faire vacciner en réalisant lui même l'injection de la secrétaire d'État Olivia Grégoire ce mardi 27 juillet.
VIDÉO. Vaccin : Olivier Véran a vacciné sa collègue enceinte Olivia GrégoireBerzane Nasser / Olivier Véranabacapress

Avant d'être un ministre, il est d'abord un médecin. Olivier Véran n'a pas hésité à renfiler les gants pour promouvoir la vaccination. Alors que 40 millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin, soit près de 60% de la population, le ministre de la Santé a voulu inciter les femmes à se faire vacciner. Après avoir visité un centre de vaccination en Seine-Saint-Denis avec le Premier ministre, Olivier Véran s'est rendu ce mardi 27 juillet après-midi à l'hôpital Necker à Paris pour vacciner sa collègue du gouvernement Olivia Grégoire, enceinte de cinq mois. Une opération de communication destinée à convaincre les femmes enceintes, population à risque, à aller se faire vacciner contre le coronavirus.

Olivia Grégoire : "Tu n'as pas perdu la main"

C'est donc à une vaccination 100% gouvernementale qu'ont pu assister les journalistes. La secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale n'a pas semblé inquiète de se voir vacciner par son collègue pour sa seconde dose. "J'ai totale confiance. Je suis entre de bonnes mains au sens propre", a-t-elle assuré. Même si la ministre a confié "ne pas être fan des piqûres", elle a souhaité montrer l'exemple. "La seule chose que tu dois faire, c'est détendre ton épaule", lui a expliqué Olivier Véran avant l'injection. "Ça saigne même pas, comme quoi tu n'as pas perdu la main", a plaisanté Olivia Grégoire. Le ministre de la Santé lui a répondu avec humilité qu'il s'agissait d'un geste "basique".

"La grossesse ne protège pas contre le Covid-19, le vaccin si", a tenu à rappeler dans un tweet la secrétaire d'État après son vaccin avec une photo du ministre de la Santé en train de lui injecter sa seconde dose. Pour rappel, les femmes enceintes de trois mois minimum sont prioritaires depuis avril 2021. "Un ministre qui en vaccine un autre, je ne crois pas que ce soit très courant", a quant à lui assuré Olivier Véran avant de procéder à l'injection.

 "Impératif que les femmes enceintes soient vaccinées"

De son côté, Yves Villes, le chef de service de l'hôpital Necker où a été réalisée la vaccination et où est suivie la grossesse d'Olivia Grégoire, a appelé les femmes enceintes à se faire vacciner "le plus tôt possible, dès le premier trimestre". "Avec cette forme plus virulente du variant Delta, il est d'autant plus impératif que les femmes enceintes soient vaccinées et accèdent enfin au statut de patiente normale". Le médecin assure qu'une "infection covid au troisième et même au deuxième trimestre de la grossesse peut avoir des conséquences dramatiques pour la maman […] et également pour le fœtus". "On sait maintenant [d’après une étude américaine] sur plus de 30 000 femmes que les réactions vaccinales sont même moins importantes chez les femmes enceintes", a également avancé le chef du service maternité de l’hôpital Necker.  "Les recommandations qui étaient de prudence au premier trimestre ont évolué. Donc il y a une indication à vacciner quel que soit le stade de la grossesse", a aussi répondu Olivier Véran.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.