Pour 69% des Français, Emmanuel Macron ne pourra pas être réélu en 2022. S'il échouait à prendre une seconde fois l'Elysée, il serait le troisième chef d'Etat à partir après un seul mandat. Une situation qui fait système ? Peut-être.
Sommaire
Sarkozy, Hollande et maintenant Macron... Les présidents sont-ils condamnés à ne faire qu'un mandat ?AFP

Ils sont déçus. 62% des Françaises et des Français jugeraient l'action d'Emmanuel Macron insatisfaisante, à en croire le dernier sondage Elabe pour BFMTV. Et ce n'est pas le seul enseignement qui pourrait laisser un arrière goût amer au président de la République puisque 61% des sondés jugent qu'il devrait "prendre en compte la contestation" au sujet de la réforme des retraites et reculer jusqu'à abandonner son projet, qui doit pourtant être présenté en conseil des ministres ce vendredi 24 janvier 2020.

Pire ! Le chef de l'Etat pourrait connaître le même destin que certains de ses prédécesseurs. Près de 7 citoyens sur 10 sont convaincus qu'il ne sera pas réélu, quand bien même la présidentielle ne se tiendra pas avant 2022, que les intentions réelles de l'ancien ministre de l'économie ne soient pas encore connues. A ce stade, seuls 31% parient encore sur le président…

Ce qui n'est pas sans soulever certaines questions : après l'incapacité de François Hollande à se représenter et l'échec de Nicolas Sarkozy au second tour, faut-il penser que les locataires de l'Elysée ne pourront plus exercer plus d'un seul mandat ? "Avant de tirer des conclusions, rappelons qu'Emmanuel Macron, comme ses deux prédécesseurs, souffre d'une impopularité record au regard des autres présidents de la Vème République", note d'abord le politologue Raul Magni-Berton, qui analyse la situation pour Planet. "D'une façon générale, on constate une hausse de l'impopularité de nos dirigeants qui est due au fait que leur base électorale est sans cesse plus émaciée qu'elle ne l'était par le passée. Ils sont élus par un nombre de votants toujours moins élevé", alerte le chercheur. 

Emmanuel Macron était-il minoritaire dès son élection ?

"L'abstention grimpe, certes, mais en plus les voix se dispersent plus qu'auparavant. Par conséquent le noyau sur lequel se repose Emmanuel Macron, comme ceux sur lesquels se reposaient Nicolas Sarkozy ou François Hollande, sont moins solides. Ils étaient minoritaires dès leur élection", souligne-t-il. Une situation qui, mécaniquement, fragilise le pouvoir et peut l'empêcher de se représenter.

"Cette crise de la représentativité politique est assez récente. Elle ne signifie pas que le président ne pourra pas être élu de nouveau mais elle implique aussi que son élection ne pourra pas toujours être garantie, y compris face à l'extrême droite. Le front républicain ne pourra pas toujours fonctionner", indique celui qui enseigne à l'Institut d'Etudes Politiques (Sciences-Po) de Grenoble.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.