Elle ne s'était pas encore exprimée à propos de la polémique déclenchée par son grand-père. Marion Maréchal Le Pen est sortie de son silence hier soir sur le plateaux d'Yves Calvi se disant "d'accord" avec la décision prise par Marine Le Pen.

Elle est solidaire avec sa tante. Interrogée sur le plateau de Mots Croisés sur les propos de son grand-père concernant "la fournée" et Patrick Bruel, Marion Maréchal Le Pen a confirmé son adhesion à la position de la présidente du FN qui a qualifié cette sortie antisémite de "faute politique".

Lire aussi : Jean-Marie Le Pen, le boulet du Front National ?

Publicité
"Je suis d'accord avec elle : il y a eu une faute politique" a-t-elle indiqué ajoutant "quand on est Jean-Marie Le Pen (...) qu'on est un personnage qui, encore maintenant, est un petit peu sulfureux, c'est une réalité, eh bien on fait attention". Papi appréciera.

Jean-Marie Le Pen "n'a pas voulu faire de jeu de mots antisémite"

La députée du Vaucluse le croit "sincèrement", son grand-père n’a pas "voulu faire de jeu de mots antisémite" et juge les proportions de la polémique "totalement délirantes".

La benjamine du palais Bourbon a d’ailleurs profité de cette affaire pour confirmer l’autorité de Marine Le Pen en qualité de présidente du FN qui n’hésite pas à sanctionner "même quand c'est son père et même quand c'est le président d'honneur". La compagne de Louis Aliot peut en être convaincue, sa nièce a bien assimilé les principes de la dédiabolisation.

Lire aussi : Jean-Marie Le Pen écrit à sa fille : "Vous estimez-vous fondée à sanctionner le fondateur du FN"

Vidéo sur le même thème : la crise du porc selon Jean-Marie Le Pen

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité