Les syndicats sont de retour ! Après une longue période de télétravail et de crise sanitaire, ils s'apprêtaient à réinvestir la rue le 1er mai dernier mais ont été victimes de violence. Faut-il y voir une critique du syndicalisme et des salaires parfois conséquents que peuvent toucher les cadres du milieu ?
Philippe Martinez, Laurent Berger... Sait-on combien gagnent les syndicalistes ?AFP

Ils s’apprêtaient à réinvestir les rues. Comme l’expliquait Le Monde, quelques jours avant le week-end du 1er mai, les syndicats travaillaient alors à leur retour sur la scène politique : ils n’avaient guère eu l’occasion, en 2020, de battre le pavé. Un an plus tard, leur ligne social intouchée, ils prévoyaient de rattraper ce retard. C’était sans compter sur les violences dont ils ont fait l’objet. Ont-ils été attaqués pour mieux critiquer le monde syndical et certains des éléments parfois jugés comme des dérives ; comme les salaires qu’ont parfois pu percevoir les patrons d’organisations ? Pour Sophie Béroud, politiste  à l’université Lyon-II et interrogée par le quotidien du soir, “la défiance envers syndicats existe depuis plusieurs années” mais cet assaut dépasse de loin un tel ressentiment. Ces violences pourraient même aller jusqu’à rappeler… l’extrême droite.

Mais de quoi parle-t-on quand on évoque les salaires polémiques de certains cadres syndicalistes ? Pour rappel, indiquait Libération le 14 novembre 2018, les indemnités perçues par les cadres de Force Ouvrière - la troisième confédération syndicale de France - ont plongé l’organisation dans la tourmente après la démission de Pascal Pavageau, qui venait d’en prendre la tête. 

Combien gagnent les patrons de syndicats ?

Et pour cause ! Le Parisien affirmait alors que Jean-Claude Mailly, qui occupait le siège avant lui, avait perçu pour sa dernière année un salaire brut de… 62 816 euros. “Auquel se sont ajoutées les primes de permanence, les primes vacances, les primes d’activité culturelle et sportive, la prime de fin d’année, la prime de sujétion…”, écrivait alors le quotidien régional, qui estimait le gain total à 100 334 euros bruts. Soit environ 6 500 euros net mensuels.

Ces révélations ont contribué à discréditer les syndicats aux yeux d’une partie de la population française. Pourtant, les autres “patrons” d’organisations touchent-ils autant ?

Préparer sa retraite ? Retrouver un emploi ? Découvrez l'accompagnement de nos formateurs !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.