Appelés à la barre après avoir été accusés d'avoir détourné des fonds publics, les époux Fillon affichent, depuis le 27 février, une défense laborieuse. Certains propos choc trahissent l'ambiance du procès.
Penelope et François Fillon devant les juges : les phrases choc du procès AFP

Ils sont accusés de détournement de fonds de publics. Un crime qui, "sous l’Ancien Régime, était puni de la peine de mort", a tout de suite rappelé Aurélien Létocart, procureur du Parquet national financier, chargé avec son confrère Bruno Nataf de l’accusation. Ce dernier s’est contenté, rapporte Le Monde, de se moquer "sobrement" de "la stratégie de victimisation" de la défense.

Des propos que François Fillon ne pouvait évidemment tolérer. "Le parquet m’ayant laissé le choix entre la peine de mort et la victimisation, je voudrais rappeler que la présomption d'innocence vaut jusqu’à ce qu’une condamnation définitive soit prononcée par la justice", a-t-il signalé, avant de reprendre. 

"J’ai déjà été condamné. Condamné sans appel, il y a trois ans, par le tribunal médiatique. Ma vie, celle de ma famille, ont été fouillées dans les moindre recoins pour tenter de relayer une accusation dont l’objectif était clair : m’empêcher de concourir dans des conditions normales à l’élection présidentielle. Les dégâts sont irréparables. Pour l’élection présidentielle, bien sûr. Pour le courant de pensée que je représentais dans notre démocratie. Quelle que soit votre décision, rien n’y changera. Et puis il y a notre honneur. C’est cet honneur que nous allons défendre", a ensuite asséné l’ancien Premier ministre, juste avant l’ouverture des débats.

C’est à partir de là que certains propos chocs ont été échangés. Et que la "défense laborieuse" des époux Fillon a commencé.

>Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

"C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais"

Penelope Fillon a finalement été interrogée la première par Nathalie Gavarino, la présidente de l'audience. Une femme qui "ne dévie pas de son feu roulant de questions", au ton "calme, détaillé", note le quotidien Les Echos. "Je faisais des petites revues de presse pour que mon mari soit au courant des événements survenus dans des petits villages", détaille-t-elle à la barre. Souvent, elle renvoie la balle à son époux.

"C'est mon mari qui décidait du montant en fonction du crédit collaborateur", tente-t-elle quand elle est questionnée sur ses émoluments particulièrement fluctuants. Quid des congés qu'elle a pris sans jamais les prendre officiellement ? "Je ne m'occupais pas du détail administratif du contrat, c'était mon mari", explique-t-elle. Et elle de conclure : "C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.