Certains se sont improvisés chroniqueurs, d'autres ont préféré se lancer dans le miel "made-in-France". Petit florilège non exhaustif des reconversions des anciens acteurs du monde politique.
Maître-glacier, commentateur oublié… Les incroyables reconversions des politiquesAFP

Arnaud Montebourg : le miel, les abeilles et les glaces

On savait son amour pour les abeilles et leur miel. Pourtant, ce n’est visiblement pas tout ce que chéri Arnaud Montebourg. Après avoir mis un terme à sa carrière politique, l’ancien ministre de l’économie de François Hollande a décidé de se lancer dans une activité différente. Dans un premier temps, il a alors "travaillé à la création de sa propre société de production et d’exploitation de miel", rappelle le Journal du Dimanche. Une fois son entreprise installée dans son fief de Saône-et-Loire, il a tenu à faire savoir que le désir de la politique l’avait quitté. Ce qui ne l’empêche pas, note l’hebdomadaire, de publier des tribunes marquées. Et lui de faire valoir qu’il est un "citoyen engagé".

Aujourd’hui, ses pots de miels sont commercialisés dans les magasins de grandes chaînes, telles que Franprix ou Monoprix. Une activité qui "a permis la création de 2 730 ruches en un an" et sa société devrait donc "être à l’équilibre cette année", a-t-il expliqué dans la presse, comme le rapporte Femme Actuelle.

Mais l’ancien ministre du Redressement productif n’entendait pas s’en arrêter là. Non content de commercialiser ses pots baptisés Blanc bleu ruche, il a aussi voulu se lancer dans la réalisation de glaces 100% bio. Sa nouvelle entreprise, appelée La Mémère, est concentrée "autour du savoir faire d’éleveur et de professionnels", précise d’ailleurs le magazine féminin.

"Pour le moment, une famille d’éleveurs d’Ille-et-Vilaine va assurer la production de 150 000 pots d’un demi-litre par an, mais nous recevons déjà des dizaines de propositions d’agriculteurs venues de la France entière qui veulent s’associer à notre projet", a-t-il expliqué l’ancien socialiste.

Son projet doit aussi "assurer une rémunération juste et équitable du producteur en associant les éleveurs, les consommateurs et la grande distribution", justifiant donc un prix supérieur à celui traditionnellement constaté pour ce genre de produits.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.