Ce lundi, François Hollande s’est vu remettre le Grand Prix de l’humour en politique 2017 pour l’ensemble de ses "hollanderies". Retour sur les meilleures blagues de l’ancien président de la République. 

Une distinction originale. Ce lundi, François Hollande est venu récupérer en personne le Grand prix de l’humour en politique 2017 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Un prix qui vient récompenser les nombreuses et désormais célèbres plaisanteries de l’ex-président de la République, plus communément appelées les "hollanderies". Plusieurs phrases prononcées par l’ancien locataire de l’Elysée au cours de son mandat ont certainement fait pencher la balance en sa faveur. 

Le 15 juillet 2014, un buffet était organisé à l'Elysée pour le départ d'un certain... Emmanuel Macron (alors conseiller de l'ex président de la République). Comme le souligne Europe 1, François Hollande ne s'est pas fait prier pour mettre un peu d'ambiance à la réception et commenter le départ de son ancien protégé, au moyen d'une formule pleine d'ironie. "Beaucoup de gens vont être contents qu'il parte, car les hausses d'impôts, c'était lui !".  Quelques mois plus tôt, une blague sur le voyage de Manuel Valls en Algérie n'avait pas été des mieux reçues par les autorités du pays maghrébin. Devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), l'ancien locataire de l'Elysée avait déclaré que son ministre de l’Intérieur de l'époque était rentré d’Algérie "sain et sauf" et que c'est "C’est déjà beaucoup".

Le 16 décembre 2016, c'est sur le thème de son impopularité chronique que François Hollande a plaisanté dans un discours pour l'arbre de Noël de l'Elysée : "Le Père Noël est très populaire et en plus il revient chaque année. Il est le seul candidat qui peut faire ça chaque année et qui est sûr d'être choisi pour Noël". Enième trait d'humour, lorsqu'un enfant lui a demandé "il est où Nicolas Sarkozy ?" au Salon de l'agriculture de 2013, il a répondu de bout en blanc : "Tu ne le verras plus". 

"imaginez où on en serait avec Fillon !"

A l’occasion de son dernier discours officiel en tant que chef de l’Etat, le 10 mai dernier, François Hollande n’a pu s’empêcher d’insérer une pointe d’humour dans son allocution. Lors de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage, il a souhaité rendre hommage, à sa façon, à Christiane Taubira : "Je salue Christiane Taubira... Sa voix peut porter, même quand elle ne dit rien ". 

Comme si tout cela ne suffisait pas, François Hollande n’a pas hésité également à plaisanter sur la sulfureuse affaire Penelope Fillon. "Heureusement que le Canard enchaîné est un hebdomadaire et pas un quotidien, sinon imaginez où on en serait avec Fillon ! ", a-t-il ironisé alors que la campagne présidentielle battait son plein.

Publicité
Celui qui a pris la tête de la fondation La France s’engage succède à l’actuel ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, relève Femme actuelle. L’an dernier, celui-ci avait remporté le Grand prix de l'humour en politique grâce à une petite phrase pleine de modestie : "Mon intelligence est un obstacle ".

Vidéo sur le même thème : Le monde de Macron: François Hollande, grand gagnant du Prix de l'humour politique 2017 - 29/11

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité