Lundi, le candidat à la présidentielle a dit avoir reçu le soutien de la journaliste anglaise qui a parlé avec Penelope Fillon lorsque celle-ci indiquait ne pas être la collaboratrice de son mari. Mais la journaliste a démenti.

François Fillon a-t-il menti lors de sa conférence de presse, lundi après-midi, censée lever les doutes dans l'affaire d'emploi fictif présumé de sa femme ?

Pour rappel, "Envoyé spécial" (France 2) avait diffusé jeudi dernier une vidéo inédite (datant de 2007) dans laquelle Penelope Fillon affirme à Kim Willsher, une journaliste anglaise, qu'elle n'a jamais été "l'assistante" de son mari. 

Mais pendant sa conférence de presse, François Fillon a affirmé que la journaliste du Guardian avait contacté le couple suite à la diffusion de cette vidéo par France 2 pour leur dire "à quel point elle était choquée par l'utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview."

Sur Twitter, la présentatrice d'"Envoyé Spécial", Elise Lucet, a démenti cette version.

Toujours sur Twitter, Kim Willsher, a elle aussi tenu à démentir les propos de François Fillon, renvoyant vers un article du Guardian.

Ci-dessous, la conversation téléphonique entre la journaliste anglaise et Yvan Martinet, journaliste d''Envoyé Spécial".

La riposte de François Fillon

Toujours sur Twitter, l'équipe de François Fillon a réagi en postant deux courriels de la journaliste anglaise adressés à Pénélope Fillon 

Dans le premier, on peut lire que Kim Willsher se dit "désolée que l'interview, réalisée de bonne foi, ait pu être utilisée contre" le couple Fillon. Dans le second courriel, la journaliste anglaise explique n'avoir pas donné à France 2 les images de l'interview et avoir prévenu la chaîne de l'importance du contexte dans laquelle a été réalisée cette interview.

Toutefois, le premier mail est daté du 30 janvier, soit quatre jours avant la diffusion de l'interview sur France 2. De quoi éveiller des soupçons. Tel un feuilleton... Kim Willsher a répondu que le premier mail n'était pas relatif à l'interview diffusée par "Envoyé spécial", mais concernait des articles approximatifs du Canard enchaîné et de Marianne

Publicité
La journaliste explique ensuite que le second mail a bien été envoyé le jeudi, mais avant la diffusion de l'interview sur France 2. N'ayant pas vu les images des rushes de l'interview, elle n'avait que ses notes écrites prises pendant l'interview à l'époque. Après avoir vu les images de l'interview et surtout entendu la phrase de Penelope Fillon ("Je n'ai pas été l'assistante de mon mari"), la journaliste semble se désolidariser de ses courriels et du couple.

"Parce qu'à l'époque, je n'avais pas vu Envoyé Spécial. J'avais mes notes et maintenant j'ai le film. Les faits, les faits, les faits !"

Vidéo sur le même thème : François Fillon : "Tout cela était légal"

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité