Ils sont nombreux à considérer que la suppression de l'ISF était une erreur. Certains prétendent même que c'était là l'une des plus graves faute d'Emmanuel Macron. Mais cela signifie-t-il vraiment qu'il faille le réinstaurer ?
Faut-il vraiment rétablir l’impôt de solidarité sur la fortune ?Istock

"Face au Covid, il faut un nouvel ISF", affirme sans ambages un Thomas Piketty dont Libération porte la voix. L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), retravaillé par Emmanuel Macron dès les premiers mois de sa mandature, fait de nouveau l'objet de bien des débats. Car l'économiste français, connu pour son combat contre les inégalités n'est pas le seul à s'insurger de sa suppression partielle. Esther Duflo, prix Nobel d'économie, s'est aussi exprimée pour sa réinstauration, rappelle le journal spécialisé La Tribune.

"Il n'aurait jamais dû être aboli", assène-t-elle en effet sur les ondes de RTL, évoquant la transformation de l'ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI), critiquant donc une réelle réduction de l'assiette que l'Etat s'autorise à taxer. "Aujourd'hui, je pense donc qu'il faut qu'il soit rétabli", poursuit ensuite celle qui enseigne les sciences économiques au Massachusetts Institute of Technology. "L'impôt sur la richesse est un impôt raisonnable, pas du tout extrême ou radical", a-t-elle aussi voulu faire savoir, assurant qu'il faut aujourd'hui "redistribuer vers les revenus les plus faibles". Elle juge aussi qu'il faudra, à terme, amortir davantage les conséquences de la crise sanitaire pour les plus pauvres que pour les plus riches.

Naturellement, d'autres voix - et d'autres intérêts, peut-être - portent d'autres discours. Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Mouvement des entreprises de France (Medef) réfute tout retour de l'ISF. "Ce n'est pas en taxant les uns que l'on fera repartir les autres", s'est-il agacé devant les micros d'Europe 1, rapporte Le Figaro. Et lui de poursuivre, sans appel : "Ce n'est pas nouveau, ceux qui réclament l'ISF aujourd'hui sont ceux qui le demandaient déjà avant. C'est un problème de philosophie, ce n'est pas ça qui fera repartir la machine."

La suppression de l'ISF, une erreur ?

Pour Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management, la suppression de l'ISF pose effectivement question. Contacté par Planet, il explique qu'il n'y avait pas d'urgence à passer à l'IFI. "La réduction de l'assiette de l'impôt de solidarité sur la fortune ne me semble pas très pertinente", explique-t-il d'entrée de jeu. "Pourquoi commencer par là ? D'autant plus s'il s'agit ensuite de poursuivre avec des mesures fiscales défavorables aux Français plus démunis. Le sentiment de déséquilibre que certains ont pu ressentir n'a rien d'étonnant", souligne-t-il ensuite.

Pour autant, l'expert ne plaide pas pour une ré-instauration de l'ISF. Et pour cause ! "Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'un excellent outil pour lutter contre les inégalités. Sans être pour sa suppression initiale, je ne pense pas qu'il faille revenir sur la situation actuelle. Le garder ne posait pas de problème mais le rétablir ne me semble pas être la solution", détaille-t-il.

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.