La politique est parfois décrite comme un champ de bataille. Pourtant, il arrive qu’elle forge aussi des liens forts et passionnés… Avant d'en briser certaines, rudement.

Les pires ruptures des politiques : François Hollande-Ségolène Royal

Elle a été candidate à l’élection présidentielle, trois fois ministre et aurait du être secrétaire générale du Parti socialiste. Il a été chef de l’Etat et patron du PS. Ils ont eu quatre enfants ensemble et puis, il l’a trompée. Dans son récent ouvrage, Ce que je peux enfin vous dire (Editions Fayard), Ségolène Royal égrène toutes les fois ou François Hollande où il l’a trahie. Elle regrette notamment son manque de soutien, en 2007, alors qu’elle affrontait Nicolas Sarkozy dans un combat pour la fonction suprême de la République. Mais elle pointe également son adultère qui conduira, in fine, à leur rupture.

Elle explique avoir été "cruellement trahie avant et pendant la campagne de 2007, pour une femme de dix ans plus jeune, elle-même ensuite trompée pour une femme de dix ans plus jeune." "J’ai mis beaucoup de temps à soigner mes blessures, à m’émanciper de ce fardeau et à me tourner vers un autre futur", poursuit l’ancienne ministre de l’Ecologie.

Publicité
De 1978 à 2007, Ségolène Royal et François Hollande vivent ensemble. L’ancien président de la République rencontre Valérie Trierweiler en 1988. Leur relation aurait débuté dans le courant des années 2000, rappelle Gala. Au final, Ségolène Royal – que son ancien compagnon qualifie de "mère formidable" – aurait été trompée plusieurs années…

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité