Charles III sur le trône : salaire, poète officiel… La liste des avantages du nouveau roi
La reine Elizabeth II est morte, vive le roi Charles III. L'accès au trône de Grande-Bretagne confère au nouveau monarque certains avantages, plus ou moins insolites. La liste.

C’est la fin d’une ère. Jeudi 8 septembre, la reine d'Angleterre Elizabeth II s’est éteinte à 96 ans, après plus de 70 ans de règne. C’est son fils, Charles Mountbatten, qui lui succède sur le trône de facto.

Âgé de 73 ans, le nouveau monarque sera proclamé roi le samedi 10 septembre lors d’une réunion du Conseil de succession, réuni à Londres, selon un communiqué du palais de Buckingham… En plein deuil.

En effet, conformément au protocole, le deuil de la famille royale durera jusqu’à sept jours après les funérailles d’Elizabeth II, qui devraient avoir lieu aux alentours du 19 décembre. 

Dès jeudi soir, le futur souverain s’est fendu d’un premier communiqué, exprimant sa peine dans “un moment de grande tristesse” :

Nous pleurons profondément la disparition d’une souveraine chérie et d’une mère bien aimée. Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les royaumes et le Commonwealth, ainsi que par d’innombrables personnes dans le monde entier. [...] Pendant cette période de deuil et de changement, ma famille et moi serons réconfortés et soutenus par le fait que nous savons le respect et la profonde affection dans lesquels la Reine était si largement tenue.

Proclamation du roi : les détails de la cérémonie

A la peine se mêle désormais le sentiment du devoir : le fils de la reine est devenu roi à la seconde même où elle a rendu son dernier souffle. 

Le prince de Galles prend désormais le titre de Charles III, et il faut s’adresser à lui, ou le mentionner, par le prédicat “Sa/Votre Majesté”. Mais un couronnement n’est pas encore à l’ordre du jour : “Les jours et semaines suivants seront consacrés à Elizabeth II et plusieurs semaines, ou mois, pourraient s'écouler avant que Charles III ne soit couronné”, note franceinfo

Conformément à la tradition millénaire, le roi devrait toutefois être couronné à l’abbaye de Westminster (Londres) par l'évêque de Canterbury. 

En attendant, une première étape sera franchie samedi, avec la proclamation du roi Charles III. Le Conseil d'accession,  constitué de certains membres de la famille royale, du premier ministre et de plusieurs ministres d’Etat, de deux archevêques de l’Eglise d’Angleterre, du lord-maire de la City, et des quelque sept cents membres du "conseil privé" du monarque, se réunira au palais Saint-James, à Londres.

La proclamation sera ensuite lue devant le Palais, puis au Royal Exchange, un bâtiment de la City. La femme du roi Charles, Camilla, sera également désignée reine consort. Les drapeaux, en berne pour le deuil de la reine, seront alors momentanément remontés en tête de mât, signe que le pays dispose d’un nouveau souverain

Mais à quoi va ressembler la vie du roi Charles III ? Et de quels avantages va jouir le monarque ? Salaires, célébrations et bonus insolites… Découvrez la liste des privilèges qui attendent le prince de Galles. 

Deux anniversaires

1/8
Deux anniversaires

Charles Mountbatten est né le 14 novembre 1948 : il est donc fort probable qu’il doive fêter son anniversaire deux fois, indique le Parisien. Une première fois, le jour de sa naissance, et une seconde fois, un jour où la météo sera plus douce, pour que se déroulent les festivités et autres célébrations officielles. 

Un salaire mirobolant

2/8
Un salaire mirobolant

Le souverain du Royaume-Uni bénéficie d’une allocation annuelle, nommée “sovereign grant”, versée par le trésor public. Elle s’établit à 15% des revenus du patrimoine de la couronne. En 2021-2022, elle avait ainsi atteint 86,3 millions de livres (près de 100 000 millions d’euros au taux actuel).

Cette allocation est notamment utilisée par le monarque pour financer les dépenses liées aux obligations de la famille royale (salaires du personnel, entretien des palais, voyages et réceptions officielles…). 

Le nouveau souverain hérite également du duché de Lancaster, propriété de la famille royale depuis des siècles, et qui génère chaque année 24 millions de livres, spécialement destinés au roi. 

Un distributeur de billets à Buckingham

3/8
Un distributeur de billets à Buckingham

Le monarque et toute la famille royale n’ont pas besoin d’aller à la banque : ils disposent d’un distributeur de billets au sein même de Buckingham Palace, note RTL

Pas de vote

4/8
Pas de vote

Le système monarchique parlementaire britannique implique que le souverain adopte, en tout temps, une stricte neutralité sur le plan politique, nécessaire à l’équilibre des institutions. Charles III n’aura donc pas le droit de voter. 

Voir la suite du diaporama

Pas de permis ni de passeport

5/8
Pas de permis ni de passeport

Le monarque de la Grande-Bretagne n’a pas besoin ni de passeport, ni de permis de conduire pour se rendre n’importe où dans le monde. 

Un “troubadour”

6/8
Un “troubadour”

C’est une fonction honorifique que la couronne accorde à un artiste tous les 10 ans : la chance d'être désigné “poète du souverain” et de lui consacrer des vers, notamment à l’occasion de célébrations particulières (jubilés, anniversaires…)

Le dernier lauréat, désigné en 2019, s’appelle Simon Armitage, et il a 59 ans. En guise de salaire, le “troubadour” des temps modernes reçoit un généreux tonneau de sherry de son monarque.

Une fortune colossale

7/8
Une fortune colossale

En héritant de la couronne, Charles III hérite également de la fortune royale colossale de sa défunte mère. Sans s'acquitter d’aucun droit de succession, bien évidemment. 

Selon le Sunday Times, la reine était en 2022 à la tête d’un patrimoine personnel estimé à 413 millions d’euros. 

Les joyaux de la couronne (dont la valeur est estimée à 3 milliards de livres) ainsi que propriétés d’Elizabeth II reviennent également de droit à son fils : parmi elles, le palais de Buckingham, résidence royale principale, mais aussi le château de Windsor, de Balmoral, ou encore la résidence de Sandringham. 

Le roi des dauphins

8/8
Le roi des dauphins

En Grande-Bretagne, les cygnes, esturgeons et dauphins sont considérés depuis plusieurs siècles comme la propriété du roi, ou de la reine, édicte une vieille loi de 1324, éditée sous le règne d’Edouard II.

Tous les ans, un comptage symbolique de ces animaux est effectué dans la Tamise, dans une démarche de préservation.