Ce mardi 12 janvier, la justice bulgare a indiqué qu'un Français arrêté en Bulgarie alors qu'il tentait de rejoindre Syrie avait été "plusieurs fois en contact" avec Chérif Kouachi.

"La traque se poursuit" disait lundi Manuel Valls sur le plateau de BFM TV. En effet, l’enquête se consacre maintenant à l’identification et aux interpellations d’éventuels complices en lien avec les frères Kouachi et/ou Amedy Coulibaly. Et ce mardi 12 janvier, il y a du nouveau dans ces investigations.

En effet, un Français arrêté en Bulgarie le 1er janvier est soupçonné d’avoir été en lien avec Chérif Kouachi, l’un des auteurs de l’attaque sanglante ayant frappé la rédaction de Charlie Hebdo, rapporte ce mardi l’AFP. Il s’agit de Fritz-Joli Joachin, à l’encontre duquel un mandat d’arrêt européen a été émis par la France.

Lire aussi : "Je me sens Charlie Coulibaly" : Dieudonné exclu de plusieurs salles

Selon la procureure générale Haskovo (sud de la Bulgarie) citée par l’agence de presse, le mandat mentionne l’accusation de "participation à un groupe criminel armé dont l’objectif était l’organisation d’actes terroristes". Toujours selon les termes du mandat, l’homme aurait été "plusieurs fois en contact avec l’un des deux frères, Chérif Kouachi".

Ayant tenté de rejoindre la Syrie, l’homme de 29 ans a été interpellé à la frontière bulgaro-turque le 1er janvier. Il faisait alors l’objet d’un premier mandat d’arrêt européen dans la mesure où il était accusé par son épouse d’avoir enlevé leur fils âgé de 3 ans. Fritz-Joli Joachin projetait alors de se rendre au sein de Daesh pour élever son enfant selon les préceptes de la charia. Lundi 12 janvier, ce dernier a accepté le principe de son extradition laquelle sera décidée par la justice bulgare vendredi. En cas de retour en France, les enquêteurs espèrent en savoir plus sur l’entreprise macabre des frères Kouachi.

Le point sur l’enquête

Les enquêteurs en sont sûrs et certains, il existe bien une quatrième personne impliquée dans ces attaques. En témoigne la vidéo d’Amédy Coulibaly postée après sa mort. Pour l’instant, on ignore si ce "quatrième homme" se trouve en France ou à l’étranger. En outre, la compagne du tireur de Montrouge, Hayat Bouleddiene, est arrivée en Syrie le lendemain de l’attentat de Charlie Hebdo.

Par ailleurs, les enquêteurs ont dorénavant fait le lien entre l’agression d’un joggeur mercredi 7 janvier au soir à Fontenay-aux-Roses et Amédy Coulibaly notamment via le pistolet Tokarev retrouvé dans la planque du terroriste. La victime décrit son agresseur comme étant européen, ce qui pourrait confirmer la thèse d’un quatrième homme toujours en France. De surcroît, Amédy Coulibaly revendique dans sa vidéo l’explosion d’une voiture piégé à Villejuif. Ce faisant, c’est le parquet anti-terroriste qui a hérité du dossier.

Publicité
Les ramifications de cette vaste enquête sont multiples. Financement du groupe, ampleur de la "cellule", nombre de complices, liens à l’étranger etc. Pour l’heure, les zones d’ombre restent nombreuses dans ce dossier. Peut-être que le témoignage de Fritz-Joli Joachin ainsi que ceux d’autres proches des trois terroristes permettront d’en savoir plus rapidement.

 A voir sur le même thème : Enquête ouverte sur Dieudonné pour apoligie d'actes de terrorisme

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité