Comment le compagnon d'Alexandra de Taddeo s'est-il procuré les vidéos intimes de Benjamin Griveaux ? Qu'a-t-il pensé de sa démission ? Possède-t-il d'autres images compromettantes ? L'activiste russe, mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, révèle (presque) tout.
 Affaire Griveaux : les troublantes révélations de Piotr PavlenskiAFP

Depuis la diffusion des vidéos à caractère sexuel de l'ex-candidat à la mairie de Paris, de nombreuses questions demeurent en suspens. Alexandra de Taddeo a-t-elle voulu piéger Benjamin Griveaux ou bien a-t-elle elle-même été piégée par son compagnon, Piotr Pavlenski ?

Pour tenter de démêler l’affaire, tous deux ont été mis en examen mardi 18 février pour "atteinte à l'intimité de la vie privée par enregistrement ou transmission de l'image d'une personne présentant un caractère sexuel" et "diffusion sans l'accord de la personne d'un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel et obtenues avec son consentement ou par elle-même". Ils ont également été placés sous contrôle judiciaire.

Si elle a reconnu être la destinataire des images intimes de Benjamin Griveaux, jusqu’ici, l’étudiante française nie toute responsabilité dans leur diffusion. L’activiste confirme ses dires. Dans une interview accordée à la chaîne d'informations américaine CNN, il s’est laissé aller à quelques troublantes révélations.

Piotr Pavlenski : "J'ai volé ce matériel dans son ordinateur"

Piotr Pavlenski a en effet avoué qu'il avait dérobé les vidéos intimes de Benjamin Griveaux à Alexandra de Taddeo. Il en a d’ailleurs a revendiqué la diffusion : "J'ai volé ce matériel dans son ordinateur".

Dans un français hésitant, l’activiste a précisé à CNN en parlant de sa compagne : "Elle connaît pas que j'ai trouvé et je prends cette vidéo (...). Ça a été publié et ça a commencé être diffusé, et après elle pouvait pas faire rien, et elle dit 'ok, si tu fais ça... ok tu fais ça, ok'. [..] Elle était pas contente que je demande pas (à) elle, bien sûr".

Il a par ailleurs indiqué dans une interview au Parisien ce vendredi 21 février : "Comme on partage le même ordinateur, je les ai trouvées et, en novembre, je les ai prises sans lui demander."

Quant à l'avocate de la jeune femme, Me Noémie Saidi-Cottier, elle a de son côté affirmé que sa cliente avait "gardé ces vidéos, non pas pour les diffuser, mais pour les garder".

Piotr Pavlenski a également fait part de sa réaction lors de la démission de Benjamin Griveaux.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Le remaniement sabre la parité au gouvernement

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.