Abordables, sans entretien et rentables, les places de parking peuvent constituer un investissement juteux à condition d'être sélectif. Voici les critères de choix essentiels.

Quiconque a le malheur de conduire une voiture ailleurs qu’à la campagne sait à quel point les places de parking sont un bien convoité. Investir dans ce secteur peut être lucratif. Le rendement des places achetées environ 10 000 euros en province et 50 000 euros à Paris, garantit de 6 à 8% de rentabilité annuelle (brute). C’est moins qu’il y a 10 ans mais c’est encore confortable. 

A condition d’avoir sélectionné un parking de centre-ville, ceux où le taux d’occupation est le plus élevé, cet d’investissement bitume permet d’échapper aux contraintes du Code de l'habitat. La location s’effectue via un simple contrat civil. Elle n’est soumise à aucun encadrement des loyers ou autre préavis. La coutume est de respecter un mois de préavis entre 2 locataires. Un écrit récapitulant le montant du loyer, le dépôt de garantie et la durée du bail signé par le contractant peut s’avérer utile en cas de litige.

- Des loyers qui rapportent jusqu’à 500 euros/moisComme pour l’immobilier d’habitation, ce sont les bonnes adresses parisiennes qui offrent le meilleur retour. Les emplacements 5 étoiles se paient au prix fort, parfois jusqu’à 100 000 euros. Avant d’acheter renseignez-vous sur le montant des frais de notaire accompagnant ce type d’investissement. Ils sont souvent élevés (+ ou - 20%).

Les loyers atteignent 500 euros dans l’hyper centre parisien, tournent autour d’une centaine d’euros en banlieue et chutent autour de 50/100 euros par mois en province.

- Les bonnes localisations

Inutile de vous aventurer dans le chantier permanent de la périphérie. Les nouveaux immeubles sont construits avec des parkings souterrains, ce qui amoindrit la demande. Dans l’absolu, misez sur la rive gauche, Saint-Germain-des-Prés et le Triangle d'Or (VIIIe arrondissement).

Attention : même dans un parking bien situé le prix des places évolue. Celles situées au premier sous-sol, à proximité des ascenseurs ou des escaliers, sont les plus commodes. Si vous avez le choix, optez pour un box fermé. Plus rares ils valent plus chers mais se louent avec un bonus. Ils procurent un meilleur niveau de sécurité, notamment contre le vandalisme.

Vérifiez la hauteur sous plafond du parking et la largeur des rampes d’accès, parfois sous dimensionnées, afin d’être accessibles aux gros SUV urbains. Contrairement à l’immobilier locatif, les parkings réduisent les frais d’entretien à leur plus simple expression. Ils ne mettent pas pour autant à l’abri des frais de copropriété.

- Imposition au régime du micro-foncier

Fiscalement vous devrez déclarer vos loyers et serez redevables de la taxe foncière. Vérifiez si vos revenus vous permettent de prétendre au régime dit du "micro-foncier". Il est réservé aux contribuables dont le revenu foncier annuel brut annuel n’excède pas 15 000  euros. A défaut, les loyers sont imposés au régime réel d'imposition. Le revenu foncier imposable est égal à la différence entre le montant des revenus bruts et du total des frais et des charges de l’année. Il est imposé au titre de l’impôt sur le revenu. Quant à la taxe d’habitation, les garages se trouvant à plus d'un kilomètre de l'habitation ne sont théoriquement pas imposables.

En vidéo sur le même thème : La pire sortie de parking du monde 

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Vidéo : La pire sortie de parking du monde

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.