Creative Commons
Hausse des tarifs, désaccord avec son conseiller, refus d'un prêt... Les raisons de changer de banque sont multiples. Pourtant, seuls 7,5 % des Français franchissent le pas chaque année, alors que le double souhaiterait le faire !* Voici 8 conseils pour changer de banque sans se prendre la tête.
Sommaire

Comparer

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsDe nombreux sites et magazines spécialisés proposent des comparatifs des tarifs banquiers très précis. Frais de compte, ensemble de service associés comme les différents moyens de paiements (carte bancaire, chéquier), consultation et virements sur Internet... Prenez le temps de comparer toutes les offres et lisez entre les lignes. Pensez également aux agios, conditions de prêt, type de livrets... Ne négligez pas les offres des banques en ligne, les établissements proposant des cartes bancaires sans frais... Etudiez les offres en les adaptant au mieux à votre situation financière. Si par exemple vous êtes souvent "dans le rouge", choisissez une banque dont les frais de dépassement sont souples. N'hésitez pas à en parler autour de vous pour connaître ceux et celles qui sont satisfaits de leur banque… Il y en a quelques-uns.

*Enquête UFC - Que Choisir 2011

Ouvrir un compte

© Creative Commons© Creative CommonsQuand votre décision est prise, rendez-vous dans une agence pour procéder à une ouverture de compte. Préparez les pièces nécessaires : une photocopie de pièce d'identité, une copie d'attestation de domicile, comme une facture d’électricité. Un ou plusieurs bulletins de salaire sont parfois demandés.

Choisissez une agence située près de chez vous, et de préférence ouverte le samedi : une précaution intéressante pour ceux qui travaillent toute la semaine et qui ont des difficultés à y caser des rendez-vous. Demandez dès l’ouverture de votre compte des Relevés d’Identité Bancaire (RIB) en nombre à votre conseiller... Vous en aurez très vite besoin.

Faire la liste de tous les prélèvements automatiques

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsPrenez votre dernier relevé de comptes et listez tous les organismes qui vous prélèvent de l'argent. A titre d'exemple, et à ne surtout pas oublier : le trésor public, l’EDF, votre opérateur téléphonique et/ou votre fournisseur d'accès Internet, des abonnements à des journaux, des chaînes câblées... Pensez également aux organismes caritatifs auxquels vous faites des dons par prélèvements.

A chacun, préparez un courrier avec un RIB de votre nouveau compte. Certains proposent des formulaires pré-remplis sur leur site Internet, que vous n'aurez plus qu'à imprimer puis à envoyer.

Prévenir les organismes : ceux qui prélèvent... et les autres !

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsPensez également à avertir les structures qui vous font régulièrement des virements : votre employeur bien sûr, mais aussi votre caisse de Sécurité Sociale, votre mutuelle le cas échéant, Pôle Emploi, votre caisse de retraite, le service des Allocations familiales... Ils doivent aussi être avertis de dus changement de vos coordonnées bancaires afin de le prendre en compte pour les versements à venir. 

Un conseil : le site mon.Service-public.fr tient une liste complète de ces organismes. 

Lister les chèques en cours

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsIl faut à tout prix éviter que votre ancien compte soit clôturé avant l’encaissement de tous vos derniers achats, notamment ceux qui ont été réglés par chèque. Assurez-vous que tous ont bien été encaissés avant de lancer la procédure.

De la même manière, et si vous êtes muni d’une carte bancaire à débit différé, veillez à ce que les achats aient bien été pris en compte. Cette étape est essentielle : dans le cas où un chèque ou un paiement par CB serait encaissé après la fermeture de votre compte - et donc refusé - cela engendrerait des frais notables…

Autre conséquence fâcheuse : un interdit bancaire, qui peut conduire à un fichage à la Banque de France.

Avant toute clôture, le mieux est de conserver des liquidés équivalentes aux paiements en cours.

Transférer l'excédent

© Creative Commons© Creative CommonsUne fois toutes ces étapes réalisées, transférez votre excédent vers votre nouveau compte. La procédure la plus simple est le virement par Internet, qui est gratuit chez la plupart des banques. Vous n’aurez ainsi pas à vous déplacer.

Vérifier les éventuels frais

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsLa clôture d'un compte courant ou d'un livret est gratuite depuis le 1er janvier 2005 et ne doit entraîner aucun frais. Malgré cela, certains  établissements facturent au client le transfert de la plupart des comptes d’épargne, tels que les PEL, CEL, PEP... Renseignez-vous auprès de votre agence pour connaître le prix exact de cette procédure.

Autre point à considérer : dans le cas d'un crédit, il n'est pas rare que le contrat exige que le remboursement de celui-ci soit arrivé à son terme pour que le compte en banque puisse être clôturé.

Résilier l'ancien compte

© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative Commons© Creative CommonsUn compte à zéro ne signifie pas que ce dernier est clôturé. Un compte inactif coûte des frais ! Après avoir soldé ce dernier, vous devez avertir votre banque - par courrier postal recommandé avec accusé de réception de préférence - afin que celle-ci procède à sa fermeture. Dans les jours qui viennent, n’hésitez pas à relancer l’agence ou le conseiller : la fermeture d’un compte ne doit pas dépasser un délai d’une quinzaine de jours.

Si vous n’avez pas soldé l’excédent - cf. l’étape 7 - joignez à votre courrier un RIB et indiquez que vous souhaitez que ce dernier soit versé sur votre nouveau compte en banque.