Chaque 14 juillet, les "soldats du feu" ouvrent les portes de leurs casernes pour le traditionnel bal des pompiers. "Au feu les pompiers" vous ouvre celles de leur quotidien. Parfois drôles, parfois émouvantes, Planet.fr vous propose de découvrir quelques anecdotes sur leur vie en intervention.
Sommaire

Un problème de pantalon

©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier

"Un samedi après-midi, alors que je fais une petite sieste, mon bip sonne : je fonce à la caserne. Mes collègues déjà prêts m’avaient gentiment préparé mes affaires pour que je puisse m’habiller dans l’ambulance. C’est en m’habillant sur la route que j’ai pu constater la présence de deux vestes, mais l’absence d’un pantalon. Solitude."

Une oreille attentive pour les confidences, même insolites

©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier

"Intervention pour secours à personne dans un lieu public. Une fois installé dans l’ambulance et quelque peu perturbé par l’inquiétude de sa femme à son égard, l’homme nous a confié : 'Je vous promets, je n’ai jamais trompé ma femme... Mais je me suis souvent trompé de femme !'"

Des interventions qui ne manquent parfois pas d'humour

©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier

"4 h 00 du matin, départ pour personne ayant chuté à domicile. Sur les lieux, on trouve un homme de 25 ans, rentrant d’une soirée bien arrosée, allongé sur les restes d’une table basse et qui commence à peine à reprendre ses esprits. 'J’ai fait Superman... et maintenant j’ai super mal'"

Un témoignage plein d'émotions

©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier

"Aujourd’hui, traditionnelle distribution des calendriers de fin d’année. Nous sonnons à une maison gravée dans ma mémoire. En effet, deux ans auparavant, nous étions intervenus pour un arrêt cardiaque auprès d’une petite fille à peine sortie de la maternité. Nous sommes entrés et, à mon grand plaisir, j’ai pu revoir cette petite fille! Mon émotion fut à son comble lorsque son père lui dit : 'Tu vois, ce sont eux qui t’ont sauvé la vie'. Avant de partir je n’ai pas pu m’empêcher d’embrasser cette petite fille qui maintenant parle souvent des 'pin-pons'."

Le sentiment de fierté des pompiers

©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier©Éditions de l'Opportun / Sergent Nicolas Bezier

"Il y a une semaine, moniteur de premiers secours, j’ai fait une initiation à une classe de CM2. Aujourd’hui, je décale avec l’ambulance pour personne de 48 ans, inconsciente. Sur les lieux, un gamin m’interpelle. C’est le petit Paul de cette classe qui m’a reconnu. Et c’est lui qui a mis la victime en PLS et appelé les secours ! Ça fait plaisir !"

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.