Louer un logement ancien qui vous appartient peut vous procurer des revenus récurrents et conséquents. Mais avant de louer, mieux vaut connaître quelques astuces. Mode d'emploi.
Les règles pour bien louer un logement vide

Proposer un logement bien aménagé au bon prix

Avant de le mettre sur le marché, trouver le "bon" loyer ! Ne cherchez pas à surévaluer le prix de location de votre logement au risque d’un "turn-over" de locataires, qui vous coûtera au final du temps, de l’argent et de l’énergie. Vérifiez au contraire qu’il soit au même niveau de loyers que les autres logements à critères identiques (environnement, prestations, surface, proximité des transports…), et n’oubliez pas que dans certaines villes comme Paris (depuis le 1 er juillet 2019), les loyers sont plafonnés.

Côté charges (eau froide, gardiennage, ascenseur, parfois chauffage…) : vous avez le choix entre demander à votre locataire un forfait fixe sur les charges ou une provision pour charges chaque mois que vous régulariserez annuellement (avec justificatifs). Pour éviter de perdre de l’argent, il est préférable d’opter pour la deuxième option.

Un conseil pour bien le louer : les locataires sont comme les propriétaires. La plupart fonctionne au coup de coeur ! Pour louer au meilleur prix et aux meilleurs locataires le plus longtemps possible, mieux vaut proposer un bien que vous aurez pris le temps de décorer et d’aménager pour l’optimiser.

 

Louer un logement vide : quelle fiscalité ? 

Si les revenus des locations meublées sont imposés dans la catégorie "bénéfices industriels et commerciaux" (BIC) de l’impôt sur le revenu, les revenus d’une location vide sont quant à eux intégrés dans les revenus fonciers.

C’est à dire : si vous encaissez moins de 15 000€ par an de loyers (hors charges), vous pouvez choisir le régime "micro-foncier", qui permet de bénéficier d’un abattement de 30 % sur les revenus locatifs.

Au-delà, le régime réel s’impose. Celui-ci n’est pas forcément moins intéressant car il permet de déduire des loyers encaissés toutes les charges liées à la location comme les travaux, les intérêts d'emprunt, l’assurance propriétaire, la taxe foncière, les frais de gestion...

 

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Vidéo : La taxe foncière va augmenter pour certains propriétaire