Que devient Lova Moor, l'ancienne diva du Crazy Horse ?Lova Moor devant le Crazy Horse en 2013 / © Abacapressabacapress
Ce 5 mars, Lova Moor fête ses 76 ans. Célèbre meneuse de revue au Crazy Horse dans les années 1970, l'artiste française a traversé plusieurs épreuves au cours de sa vie. À cette occasion, Planet vous dévoile les secrets intimes de la star.
Sommaire

Lova Moor : une meneuse de revue sexy des années 1970

C'est une icône des soirées mondaines. Pourtant, rien ne prédestinait Marie-Claude Jourdain, née le 5 mars 1946 en Charente-Maritime, à connaître une belle carrière dans le show-business. Issue d’une famille modeste, elle perd son père très jeune et se destine à des études pour devenir éducatrice spécialisée.

En réalité, la jeune blonde a un rêve bien précis : devenir une danseuse célèbre. Repérée sur la piste d’un club par un chorégraphe du Crazy Horse Saloon, elle passe une audition et ses talents séduisent l’œil de son fondateur Alain Bernardin. Ce dernier, la surnommant Lova Moor, va lancer sa carrière en tant que danseuse nue. Réputée pour sa plastique hors norme, la plantureuse meneuse de revue joue de son image de "sex-symbol" à l’époque, côtoyant de stars comme Arnold Schwarzenegger.

En 1986, Lova Moor a enregistré un premier disque "Tendresse SOS" avant de faire un carton plein avec son second titre "Et je danse" en 1988. Elle a également lancé un parfum à son effigie avant de se mettre en retrait de la vie médiatique. Le temps de se consacrer à l’écriture de son livre Crazy Life, paru en 2003, où elle raconte son parcours, ses souvenirs et ce qu’elle a sur le cœur. Sur la quatrième de couverture, la star expliquait notamment qu’elle n’est pas "la personne que certains souhaitent voir".

Pour autant, l’ex-danseuse est revenue sur nos écrans dans les années 2000. Comme sur C8 dans RécréAdultes en septembre 2007, une émission sur les personnalités qui ont marqué la génération des années 80. Ou encore en 2013, où elle a été interviewée par Mireille Dumas dans Cabarets de légende sur France 3. Néanmoins, la star Lova Moor a refusé de participer à l’émission La Ferme Célébrités diffusée sur TF1. Selon son entourage, "l’idée de passer plusieurs semaines entourées d’autres personnalités et d’être filmée ne lui plaisait pas du tout", rapportait le site de Jean-Marc Morandini.

Voir cette publication sur Instagram

Lova Moor : pourquoi son mari s’est donné la mort ?

Avec une carrière épanouie dans les années 80, Lova Moor a également trouvé l’amour dans les bras de son mentor Alain Bernardin. À cette époque, le propriétaire du cabaret et sa jolie muse se marient en 1985 lors d’une cérémonie intime à Louveciennes.

Après neuf de mariage, un drame a bouleversé la vie de couple de Love Moor. Un soir de septembre 1994 entre deux shows au Crazy Horse alors que la star était absente, son époux Alain Bernardin se trouve dans son bureau lorsqu’il se tire une balle dans la tête et meurt brutalement. Une tragédie inexplicable pour sa veuve et ses amis proches, sans aucune lettre d’explication. "C'est un sale coup. J'ai beaucoup de peine. Il était en pleine forme. C'est incompréhensible", regrettait le directeur du cabaret Louis Camiret, en ajoutant. "La seule explication qui me vient à l'esprit c'est qu'il allait avoir 78 ans et s'est dit : 'Bon, maintenant c'est terminé'. C'est vraiment la seule chose à laquelle je peux penser.

Lova Moor : victime d’un cambriolage au Nouvel an

En 2013, Lova Moor rentrait d’une soirée entre amies pour la nouvelle année, lorsqu'elle s'est aperçue qu'elle était en train de se faire cambrioler. Des malfaiteurs bloquaient sa porte depuis l’intérieur pour l'empêcher d’accéder à son domicile. La starlette essayait en vain d’alerter ses voisins, mais personne n'a entendu ses cris de détresse. En forçant la porte de toutes ses forces, elle a enfin réussi à pénétrer dans son appartement. Mais, ce dernier était totalement saccagé.

"Dans son appartement, il y avait tous les souvenirs des années Crazy Horse, tous les objets personnels laissés par son époux, Alain Bernardin. Ce sont les souvenirs d'une vie qui ont été souillés et peut être détruits", relatait le magazine Closer. Les malfrats avaient emporté un maigre butin et s'étaient échappés par les toits bien avant que l’ancienne meneuse du Crazy Horse n’ait eu le temps d’appeler la police.