Attaques médiatiques et politiques, manque de budget, arrêt brutal de l'émission… Le Club Dorothée, l'émission de jeunesse phare des années 90, a connu de nombreuses polémiques. Malgré les sourires des présentateurs, de véritables drames se jouaient en coulisses. Révélations.

Club Dorothée : des dessins animés trop violents

© Capture vidéoDepuis la sortie du film Nicky Larson et le Parfum de Cupidon mercredi 6 février, le Club Dorothée fait de nouveau parler de lui, le film de Philippe Lacheau étant une adaptation cinématographique d’un dessin animé diffusé dans le Club Dorothée dans les années 90. Dans le film, les références à l’émission de jeunesse culte sont également nombreuses et Dorothée elle-même y fait une apparition.

Mais l’émission, diffusée durant 10 ans, n’a pas été qu’une partie de rigolade entre copains comme elle pouvait le sembler en façade.

De nombreuses polémiques sont en effet venues ébranler l’institution qu’était devenue le "Club Do". La plus récurrente d’entre elles est la violence des programmes qui y étaient diffusés.

Dorothée sommée de s’expliquer sur la violence des dessins animés de l’époque

L’époque du Club Dorothée signe l’installation de l’animation japonaise en France dont on trouve les balbutiements dans les années 80 avec Capitaine Flam ou encore Goldorak, à la fin des années 70.

Certains dessins animés diffusés dans le cadre de l’émission n’étaient pas destinés à un public jeune, et montraient des scènes violentes, ou à caractère sexuel. Ainsi, Ken le Survivant, Muscleman, Dragon Ball Z, Superboy ou encore Très cher frère ont été pointés du doigt. Cette dernière série, diffusée cryptée au Japon, a particulièrement été décriée en 1993 pour ses contenus évoquant notamment le suicide, à tel point le CSA se saisit du dossier, que sa diffusion est arrêtée et que Dorothée doit présenter des excuses publiques au JT de 20 heures de TF1.