Ce samedi 8 mai, l'actrice a fait d'étonnantes confidences sur sa consommation de drogue par le passé. Elle a ainsi révélé avoir déjà pris de la cocaïne alors qu'elle jouait une pièce de théâtre.
Drogue : Arielle Dombasle révèle avoir déjà "joué une fois sous coke" ©Marechal Aurore / Abacapressabacapress

C'est une confidence qui en a surpris plus d'un. Invitée ce samedi 8 mai dans l'émission "On ne répond plus de rien" sur RTL, présentée par Karine Le Marchand et Laurent Baffie, Arielle Dombasle a révélé ses expériences passées avec la drogue. Elle a ainsi expliqué avoir déjà pris de la cocaïne. "J’ai joué une fois sous coke", a-t-elle révélé, suscitant l'hilarité sur le plateau. Une expérience qui n'a pas été concluante sur scène. "Je n’aime pas, je trouve que ça fait mal à la tête. Et les effets, je trouve que c’est une fausse euphorie", a détaillé l'actrice. La compagne de Bernard-Henri Lévy a continué en expliquant ne pas avoir fumé de marijuana, mais avoir été habituée à voir les gens en consommer partout au Mexique.

L'actrice assure avoir déjà testé le poppers

"Au Mexique, tout le monde fume, donc c’est comme si on fumait", explique-t-elle sur le pays où elle a vécu son enfance et son adolescence. "Vous avez pris d’autres drogues ?", lui a alors demandé Karine Le Marchand. Arielle Dombasle étant sur sa lancée, elle a ainsi assuré avoir également déjà teste le poppers, un vasodilatateur liquide vendu sous forme de petites fioles et dont l'inhalation engendre un état d'euphorie. Une expérience qu'elle ne souhaite pourtant par renouveler car "ça fait du mal, il paraît", a confié la chanteuse.

Pour tenir le rythme effréné d'une pièce de théâtre, au-delà de la drogue, Arielle Dombasle a expliqué avoir un temps eu une petite addiction au Red Bull, une boisson énergisante. "Je jouais Don Quichotte contre l'Ange bleu, je jouais l'Ange bleu, c'était une pièce de Jérôme Savary. C'était très long. Je devais chanter, danser, courir, jouer, sauter, etc. Et le Red Bull me donnait un boost, c'est vrai, il fallait tenir deux heures", a-t-elle expliqué à Laurent Baffie. Celle qui a toujours un corps de sylfide à 68 ans et qui vante souvent son hygiène de vie inrréprochable a donc pas le passé eu des habitudes plus rock'n'roll.

Elle déteste pourtant que BHL se drogue

Une révélation étonnante quand on sait qu'en 2014, elle assurait ne pas aimer que son compagnon Bernard-Henri Lévy se drogue. "Il aime les psychotropes et il aime maîtriser la chimie", expliquait alors Arielle Dombasle aux journalistes de France 2 de Complément d'enquête. "Il a recours, je vous le dis, à des 'armes'. Ce qui est important pour lui, c'est son oeuvre et ce sont ses combats et par conséquent, tout est permis pour arriver à ses fins" avait-elle confié. Une habitude qui ne lui plaît pas du tout, mais qu'Arielle Dombasle a appris à identifier avec le temps. D'un simple coup d'oeil, elle est capable de dire s'il est sous l'influence de ses produits. "Quand je vois sur son regard extraordinairement fixe comme ça... une espèce de chose avec un horizon très lointain et dur, je me dis 'Ah là, y'a de la chimie qui est passée par là'...", avait expliqué l'actrice. Une prise de drogue qu'elle avait à l'époque condamner. "Il faut comprendre qu'il prend des excitants, et que je n'aime pas ça", concluait-elle sur le sujet. 

Des soldes de 30 % sur tout notre site pour l’achat de 2 articles ! Ne ratez pas l’occasion !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.