Surnommée le "Uber de la prostitution", l'application Eros fait scandale. Découvrez-en plus sur cette présumée arnaque.
©Getty (illustration)Istock

Créé par deux entrepreneurs américains, Michael O’Brien et Kevin Yang, l’application Eros, qui devrait se retrouver sur le darknet dès le 23 septembre, serait en réalité une arnaque "visant à escroquer les personnes qui ont pris part à la levée de fonds", selon CNews. Les deux créateurs ne seraient peut-être même pas des gens réels, mais de simples pseudonymes utilisés pour masquer l'identité des fraudeurs, d'après le blog CryptoInsider. Cette arnaque préusmée aurait déjà récolté près de 5 millions de dollars en 10 jours, toujours selon le blog.

A lire aussiSite de rencontres Sugar Daddy : "C’est de la prostitution édulcorée !"

L’application devrait être un service anonyme et sécurisé

Les marchés noirs en lignes, appelés "darknet", permettent d’acheter facilement ce que l’on ne peut pas trouver légalement dans la vie quotidienne. L'application Eros se présente ainsi comme une plateforme "pour faire se rencontrer des adultes consentants, à la recherche de sexe d’un côté et d’argent de l’autre", croit savoir le site web Dynamique-mag.  Son mode d’utilisation devrait ainsi regrouper les prestations proposées par les prostituées inscrites tout en offrant un service anonyme et sécurisé, explique Usbek & Rica. Les utilisateurs devraient pouvoir comparer les prestations disponibles ainsi que leur prix. Ils devraient également pouvoir suivre le parcours de l'escort sur le site, grâce à sa géolocalisation. L'application devrait même inviter même ses clients à faire leur choix de prestation à partir d'un catalogue. Konbini  rappelle sur son site qu'une application du même type nommée "Ohlala" avait déjà été lancée en 2015 à Berlin par ces deux mêmes créateurs, mais elle avait été vite interdite par le gouvernement.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.