Ukraine : métro, parking... Les milliers d'abris anti-bombe de Kiev
Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, des photos de bunkers circulent sur les réseaux sociaux. Kiev, la capitale du pays, compte des milliers d'abris pour sa population.

Un réseau entier sous la ville. Les sirènes ont commencé à retentir dans la nuit du 23 au 24 février en Ukraine, poussant la population à trouver refuge sous le sol, dans les milliers de bunkers que compte la capitale. Avec l'offensive militaire russe, le monde a découvert cette partie cachée de Kiev, où les abris anti-bombe sont si nombreux qu'ils sont répertoriés sur une carte officielle. Comme l'explique le Huffington Post, les premières images qui ont circulé montraient des Ukrainiens s'abritant dans le métro de la ville. Ce dernier, dont la construction s'est achevée dans les années 1960, a aussi été pensé pour pouvoir servir de bunker. 

Abris anti-bombe : parkings, métro, sous-sols...

Si se réfugier dans le métro fut le premier réflexe de nombreux Ukrainiens, d'autres abris existent. Ils ont tous été répertoriés à partir de 2014, lors de la crise institutionnelle qui a secoué le pays et conduit à la déclaration d'indépendance de la Crimée. Depuis, elle est mise régulièrement à jour et compte, selon le site "300 parkings souterrains, 270 passages souterrains, 47 stations de métro et plus de 3 700 sous-sols et demis sous-sols". Le réseau se compose à la fois de lieux publics et de commerces privés, comme parfois des librairies, des boîtes de nuit ou encore des cafés. 

Selon le Huffington Post, qui cite la mairie de Kiev, "les propriétaires de ces espaces ont l'obligation d'accueillir des gens qui souhaitent se mettre à l'abri en cas d'urgence". Les propriétaires de tels lieux sont également invités à se signaler auprès des autorités, pour qu'ils soient ensuite répertoriés sur la carte. Depuis le 24 février, de nombreuses photos d'Ukrainiens dans ces bunkers circulent sur les réseaux sociaux. À quoi ressemble la vie à Kiev lorsque les cloches et les sirènes retentissent, avertissant d'une attaque ? Le diaporama ci-dessous répertorie certaines des photos, touchantes voire bouleversantes, postées sur Twitter ces derniers jours.

Des personnes se réfugient dans un bunker en entendant les sirènes

1/6

La Russie a démarré son offensive militaire dans la nuit du 23 au 24 février, poussant de nombreux Ukrainiens à trouver refuge dans des abris anti-bombe.

Des caves servent bien souvent d'abris

2/6

Les abris anti-bombe sont nombreux à Kiev et ont un seul objectif : protéger la population en cas d'attaque.

Un nouveau-né dans un bunker

3/6

Tous les bunkers de la capitale sont répertoriés sur une carte depuis 2014, à l'initiative de la mairie de Kiev.

Voir la suite du diaporama

Des nourrissons sont transférés dans le bunker d'un hôpital

4/6

Il y aurait désormais plus de 300 parkings, 250 passages et 47 stations de métro qui pourraient servir d'abris anti-bombe. On compte également des milliers de sous-sols, comme celui-ci où ont été transférés les nouveaux-nés d'un hôpital.

Au moment des premiers bombardements, des centaines d'Ukrainiens se réfugient dans le métro

5/6

Le métro est bien sûr le réseau le plus dense. Sa construction été pensée pour qu'il puisse servir de bunker.

Trouver refuge où on peut

6/6