En fonction de l'actualité, la police peut se lâcher sur les réseaux sociaux. La preuve avec ses posts humoristiques.