La circulation du Covid-19 inquiète les autorités japonaises, alors que les Jeux olympiques de Tokyo débutent le 23 juillet. La parade contre les rapprochements entre athlètes a-t-elle été trouvée grâce à des lits anti-sexe ? On fait le point sur la rumeur.
Des lits anti-sexe ? La drôle de polémique autour des JO au JaponAFP

Des JO pas comme les autres. Le Japon a la lourde charge d'orchestrer les premiers Jeux olympiques post-Covid-19 et ça n'est pas une mince affaire. Comment éviter de créer un cluster géant, alors que la circulation du virus est toujours à un haut niveau dans le monde ? Comment contrôler les rapprochements entre athlètes à l'intérieur même vu village olympique de ces Jeux olympiques de Tokyo ? Comme l'explique LCI, la compétition mondiale est aussi l'occasion pour les sportifs présents de se rapprocher dans les vestiaires. L'application Tinder a constaté en 2018 un rebond de sa fréquentation de l'ordre de 350% durant les jeux en Corée du Sud !

JO de Tokyo : des règles strictes contre le Covid

Il n'y a pas de raison que la tradition change cette année, malgré la pandémie. Les autorités japonaises ont donc décidé de limiter les interactions entre participants, avec port du masque obligatoire et distanciation de deux mètres dans tous les lieux de vie commune. Selon la chaîne d'informations, les athlètes doivent "éviter toute forme de contact inutile notamment les accolades, les tapes dans la main ou les poignées de main".  Les récalcitrants s'exposent à des amendes, voire une expulsion "temporaire ou permanente" s'ils récidivent. 

Il n'en fallait pas plus pour que certains crient au scandale et propagent une drôle de polémique sur les réseaux sociaux et dans les médias. Selon le New York Post, les rapprochements physiques entre les participants seraient même découragés par le biais de lits... Trop fragiles. Le coureur de fond américain Paul Chelimo a affirmé sur Twitter que "les lits qui sont installés dans le village olympique sont en carton, pour éviter l'intimité entre les athlètes", car "ils peuvent supporter le poids d'une seule personne pour éviter des situations autres que sportives". Des sommiers anti-sexe, vraiment ? 

JO de Tokyo : des lits anti-sexe, vraiment ?

Non, pas vraiment. Un autre athlète présent sur place, cette fois-ci irlandais, a posté une vidéo sur laquelle on le voit sauter à pieds joints sur son lit. "Ils sont supposés être anti-sexe ? Oui ils sont faits en carton, ils devraient se briser au moindre mouvement brutal, dit-on. C'est faux, c'est une fake news", explique-t-il sur Twitter, preuve en images. La société japonaise qui a conçu ses lits y est elle aussi allée de son commentaire, expliquant que les lits étaient prévus pour supporter jusqu'à 200 kilos, avant de conclure, selon LCI : "Tant que les gens s'en tiennent à deux personnes dans le lit, ces derniers devraient être assez solides pour supporter la charge". Message reçu.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.