Dès l’automne 2018, les contribuables dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas un certain montant pourront être exonérés de leur taxe d'habitation. Mais si l’on dépasse le seuil d’imposition, est-il possible de ne plus avoir à s’en acquitter ?

L’ennui avec les taxes et les impôts, c’est qu’au-delà de leur caractère contraignant, ils adviennent toujours lorsque l’on a le moins envie de s’en acquitter. Aussi, lorsque l’automne revient avec à son bord l’envie frénétique d’augmenter vos impôts, l’idée selon laquelle il y aurait une manœuvre pour ne plus avoir à les payer peut sembler alléchante. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe bien un procédé vous permettant d’atteindre cet objectif. L’idée ? Diminuer votre revenu fiscal de référence (RFR) pour ne plus avoir à vous acquitter de votre taxe d’habitation.

Alors, certes, la taxe d’habitation selon Macron devrait permettre à 80 % des foyers français d’en être exonérés d’ici trois ans. Mais qu’advient-il si vous dépassez légèrement les seuils fixés par le gouvernement ? (Pour rappel, votre revenu fiscal de référence doit être inférieur à 27 000 euros pour un célibataire pour pouvoir être exonéré, inférieur à 43 000 euros pour un couple sans enfant et inférieur à 49 000 euros pour un couple avec enfant). Que se passe-t-il si, en tant que célibataire, votre RFR atteint 27 005 euros ? Vous devrez alors supporter 500 euros de taxe d’habitation. Sauf peut-être si vous...

Misez sur les déductions fiscales

En effet, parmi les déductions les plus courantes, nombre d’entre elles vous donnent la possibilité de diminuer votre RFR de manière importante. A titre d’exemple : si vous avez un enfant majeur qui vit chez vous, vous pouvez alors déduire une pension. Laquelle vous permet ensuite de réduire votre revenu fiscal de référence.

De la même manière, si vous versez une pension à un ascendant qui se révèle dans le besoin ou bien que celui-ci requière une aide financière pour son hébergement, là encore déduction fiscale à la clé il y a pour vous. Ce qui engendre une diminution de votre RFR.

Autre exemple, si vous vivez en concubinage et que vous avez des enfants, vous pouvez déduire de votre déclaration une pension. Si bien que là aussi baisse de RFR il y a pour celui qui supporte la taxe d’habitation.

Sachez, enfin que nombre de déductions liées au foncier (assurances, intérêts des prêts, travaux…) ont un impact direct sur votre revenu fiscal de référence. Veillez donc à ne pas omettre de prendre en compte les déductions en question. Il serait dommage, à peu de chose près, que vous soyez dans l’obligation de vous acquitter de votre taxe d’habitation alors qu’en ayant recours à ces mécanismes vous pourriez en être exonéré.

Délestez-vous de certains placements

Une autre astuce si vous souhaitez réduire votre RFR consiste à vous séparer de certains placements. C’est le cas des compte-titres, des parts sociales, du PEA ou bien encore des parts de SCPI. Chacun à leur niveau, ils ont un impact sur le montant de votre revenu fiscal de référence. Enfin, sachez que côté épargne, les rendements de certains placements tels que le Livret A, le LDD ou bien encore le LEP (livret d'épargne populaire) n’auront pas d’impacts sur le montant de votre RFR. En revanche, ils ne permettront pas de le diminuer.

Publicité
Mieux vaut donc miser sur des situations ouvrant droit à des déductions fiscales ou bien sur un retrait en matière d’investissements fonciers pour diminuer votre revenu fiscal et vous délester de votre future taxe d’habitation.

En vidéo - Taxe d’habitation: qui sera exonéré ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet