188 applis mobiles visées par un dangereux malware. Soyez extrêmement vigilants, car il pourrait subtiliser votre argent.
IllustrationIstock

Propriétaires d’un smartphone Android, prenez garde ! Un périlleux cheval de Troie fait son grand retour. Depuis d’un an, le virus nommé Anubis se faufile sur le Play store de Google par le biais de diverses applications jugées inoffensives, pour tenter de vous dépouiller.

Virus mobile : des centaines d’applications touchées

Découvert pour la première fois en 2018, le virus contamine désormais 188 applications bancaires. Il est par ailleurs actif dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Italie, en Pologne, mais aussi en Inde.

Les chercheurs de TrendMicro l’ont en effet repéré dans divers logiciels, rapporte le site spécialisé Univers Freebox. Son objectif ? Infecter de plus en plus d’utilisateurs.

Afin d’éviter tout soupçon, le malware se camoufle dans les applications pendant des mois, avant de s’activer sur votre mobile ou tablette. Une fois en route, il collecte diverses données de votre appareil : géolocalisation, numéro IMEI, modèle, etc., dans le but de se conformer à la zone géographique de la victime et aux protocoles de sécurité des banques locales.

Virus mobile : vos mots de passe revendus sur la Toile

Une fois ces informations obtenues, il parvient à récolter vos SMS, mais effectue également des captures d’écran pour récupérer vos mots de passe de comptes Ebay, Paypal, Netflix ou encore Facebook. Les pirates se cachant derrière ce malware tente ensuite de les revendre sur le Web.

Pis, Anubis, est également capable d’afficher de fausses pages afin de subtiliser vos codes d’accès bancaires. Ces données sont ultérieurement transmises vers des serveurs tiers permettant à des hackers de vider votre compte.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.