Les internautes peuvent facilement être dupés. Des escrocs usurpent l'identité du gouvernement pour leur soutirer de l'argent.
Capture Facebook

Nouvelle vague d’attaque en cours. "Votre appareil est bloqué pour cause de téléchargement et de distribution de contenu illégal". Ce message alarmant peut apparaître sur une fenêtre de votre ordinateur alors que vous surfez paisiblement sur Internet. En entête ? Les logos et couleurs de la police nationale et du ministère de l’Intérieur.

Le texte, bien qu’écrit dans un Français approximatif, peut aisément semer le doute chez les internautes non avertis. Leur arme secrète : jouer sur la peur et l’incompréhension. Les faits reprochés (téléchargement ou diffusion de contenu lié à la pornographie enfantine, viol, zoophilie) sont en effet graves, et évidemment "interdits par la loi", rappelle le message.

Cyberattaque : 6 heures pour régler l’amende de 500 euros

Face à ce constat, une seule solution vous est proposée : vous acquitter d’une amende d’un montant de 500 euros par carte de crédit dans un court délai imparti. "Vous avez six heures", précise le texte en rouge.

Votre ordinateur sera immédiatement débloqué, une fois le procès-verbal payé. Dans le cas contraire, "votre dossier sera transféré à la police judiciaire pour l’institution d’une procédure pénale contre vous en raison de l’engagement d’un des crimes", peut-on lire.

Menace et pression pour vous inciter à payer rapidement, zone de paiement apparemment sécurisée (logos "Verified by Visa", "MasterCard SecureCode"), etc. Tout est fait pour vous duper.

Seules quelques fautes d’orthographe et la nature des faits reprochés peuvent laisser présager une arnaque. Prêtez-donc attention à ces détails.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Vidéo : L'appel du faux policier : une vraie arnaque dont il faut se méfier

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.