Evénements exceptionnels : à quels congés avez-vous droit ?abacapress
Vous déménagez ? Un de vos proche est décédé ? Vous vous mariez ? Quelqu'un de votre famille a besoin d'aide ? Savez-vous exactement à combien de jours de congés vous avez droit ? Planet.fr fait le point pour vous.
Sommaire

Les congés pour mariage

© abacapressVous avez choisi de convoler en justes noces avec votre conjoint(e) ? Sachez que vous bénéficiez légalement de 4 jours de congés

Si c'est l'un de vos enfants qui se marie, vous pourrez profiter d'un jour de congé.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Les congés en cas de décès

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Le Code du travail prévoit aussi quelques jours de congés pour le décès d'un proche.

Lorsqu'il s'agit du décès d'un enfant, vous bénéficiez de 2 jours de congés.

2 jours également pour le décès du conjoint ou du partenaire Pacsé.

En revanche, le Code du travail ne prévoit qu'un unique jour de congé pour le décès du père, de la mère, du beau-père, de la belle-mère, d'un frère ou d'une soeur.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Le congé pour déménagement

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Le Code du travail ne prévoit rien de particulier en ce qui concerne le déménagement d'un salarié.

Cependant, nombreuses sont les conventions collectives qui en tiennent compte et qui permettent aux salariés de bénéficiez de congés. En règle générale, entre 1 et 3 jours sont accordés à un salarié qui déménage.

Le congé de solidarité familiale

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Le congé de solidarité familiale permet à un salarié de s'occuper d'un proche souffrant d'une grave maladie mettant en jeu le pronostic vital.

Il doit être rapidement mis en place, pour une durée déterminée et entraine l'absence de rémunération du salarié.

Ce congé doit être pris afin d'aider un ascendant, un descendant, une soeur, un frère, le conjoint et nécéssite la présentation d'une justification médicale auprès de l'employeur.

Le congé de solidarité familiale dure 3 mois maximum, mais peut être renouvelé une fois. Il peut aussi être aménagé en temps partiel.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Le congé de soutien familial

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Le congé de soutien familial peut être pris pour aider un proche victime d'un handicap ou d'une perte d'autonomie particulièrement graves.

Pour pouvoir prendre ce congé, il faut remplir certaines conditions : Le salarié doit travailler dans son entreprise depuis au moins deux ans, et le congé doit concerner son conjoint, concubin, partenaire de Pacs, ascendant, descendant, enfant dont il a la charge, frère, soeur, oncle, tante, neveu, nièce, grand-oncle, grand-tante, petit-neveu, petite-nièce, cousin et cousine germains, ascendant ou descendant du conjoint, frère, soeur, oncle, tante, neveu, nièce, grand-oncle, grand-tante, petit-neveu, petite-nièce, cousin et cousine germaine du conjoint.

La personne que vous seriez suscpetible d'aider ne doit pas déjà être placée dans un établissement spécialisé, ni habiter chez un tiers autre que vous.

La durée du congé est de 3 mois, renouvelabels. Attention : vous ne pouvez pas prendre plus d'un an cumulé de congés de soutien familiale au cours de votre carrière.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Les congés de maternité et de paternité

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapressPour le congé maternité : Quelque soit son ancienneté dans l'entreprise, la future maman a le droit à un congé maternité.

- Pour le 1er et le deuxième enfant : 16 semaines en tout.

- Pour le troisième enfant : 26 semaines en tout.

- Pour des jumeaux : 34 semaines en tout.

- A partir de 3 enfants : 46 semaines en tout.

Pour le congé paternité : Lorsqu'il devient père, le salarié à automatiquement le droit à 3 jours, au titre du congé de naissance.

Mais il a également le droit à 11 jours calendaires de congés paternité (c'est-à-dire y compris les samedis, dimanches et jours fériés). S'il s'agit de jumeaux et au-delà, le papa a le droit à 18 jours de congés calendaires.

Le congé de naissance et le congé paternité peuvent être cumulés ou pris séparément. Dans ce cas, le congé paternité doit débuter dans les 4 mois qui suivent la naissance.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Le congé parental d'éducation

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Après la naissance ou l'adoption d'un enfant de moins de 16 ans, un salarié peut profiter du congé parental d'éducation afin d'élever son enfant.

Pour en bénéficier, il faut au moins un an d'ancienneté dans l'entreprise au moment de la naissance ou de l'adoption.

La durée du congé parental d'éducation est fixée à un an, renouvelable 2 fois, sans dépasser l'âge de 3 ans de l'enfant.

Si l'enfant a été adopté, le congé ne peut pas dépasser 3 ans si l'enfant avait moins de 3 ans lorsqu'il a été adopté, et 1 an si l'enfant avait plus de 3 ans et moins de 16 ans au moment de l'adoption.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.

Le congé pour enfant malade

© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress© abacapress Il existe deux types de congés pour enfant malade : l'absence pour enfant malade et le congé de présence parentale.

L'absence pour enfant malade : Lorsque l'enfant de mois de 16 ans est malade ou accidenté, le parent qui souhaite rester auprès de lui bénéficie de 3 jours par an. Le nombre passe à 5 si l'enfant a moins d'un an ou si le salarié a au moins 3 enfants de moins de 16 ans.

Le congé de présence parentale : Ce congé est possible pour tout salarié dont l'enfant de moins de 20 ans est atteint d'une maladie, d'un handicap ou est victime d'un accident grave, nécessitant la présence du parent à ses côtés, et des soins contraignants.

Il est possible de prendre jusqu'à 310 jours ouvrés de congés (14 mois) par période de 3 ans pour un même enfant, pour une même maladie, un même accident ou un même handicap. Après 3 ans, le salarié bénéficie à nouveau de 310 jours ouvrés pour les 3 ans suivants, en cas de rechute ou de récidive de la maladie concernée par le premier congé de présence parentale.

Attention : les conventions collectives applicables dans les entreprises peuvent prévoir des dispositions plus favorables. N'hésitez pas à vous renseigner.