C'est la fuite d'eau ! Mais avant de demander l'intervention d'un plombier, sachez vous entourer de certaines précautions. Devis, facture, prix... à quoi devez-vous penser pour éviter toute arnaque. Suivez nos conseils. 
Sommaire

Oubliez les interventions d'urgence

Le lavabo fuit, la cuvette de WC est bouchée ? Restez calme, fermez l'arrivée d'eau si besoin, attendez la fin du week-end ou le petit matin si cela est possible (les tarifs pouvant être majorés de 20 à 50%), et ne vous précipitez pas vers le premier plombier venu. 

Que faire : faites jouer le bouche-à-oreille en interrogeant vos voisins, en appelant le syndic de l'immeuble ou contactez un artisan local. Testez son sérieux en lui demandant de vous renseigner sur ses tarifs. Il doit pouvoir vous donner les différents coûts de ses prestations, le prix du déplacement et le coût horaire de la main d'oeuvre en HT et TTC.  N'hésitez pas à en appeler au moins 3 pour comparer et demandez s'ils peuvent vous faire un devis gratuit. 

Notez-le : pour trouver un artisan sérieux, vous pouvez contacter le syndicat national du dépannage à domicile.

Avant toute intervention, exigez un devis

Au-delà de 150€ TTC, le plombier est obligé de vous remettre un devis détaillé (sauf en cas d'urgence), et un ordre de réparation où il dresse l'état des lieux et les travaux à effectuer. 

Il doit y être indiqué : 

- le coût horaire de la main d'oeuvre (40 à 60€HT/l'heure sur Paris hors urgence),

- le nombre d'heures de travail, 

- le prix du déplacement (30 à 50€), 

- la liste détaillée et le prix des pièces détachées,

- la somme totale à payer en HT et TTC (5,5%*). 

- faites préciser la validité de l'offre et les modalités de règlement (en chèque de préférence). 

Une fois signé, vous vous engagez mutuellement à respecter les termes du contrat. L'artisan doit l'établir en 2 exemplaires, et vous en remettre un. Il ne doit pas vous imposer de réparation supplémentaire sans vous avoir prévenu et obtenu votre accord. 

*  au 1er avril 2012, le taux de TVA sur la rénovation dans les bâtiments de + de 2 ans passera à 7%

Une obligation de résultat

Un plombier a une obligation de résultat. Il doit vous remettre en état ce pour quoi il est venu travailler. Si l'intervention a été négligée, il est tenu de revenir gratuitement jusqu'à achèvement complet des travaux. 

Un conseil : vérifiez toujours la bonne marche de votre installation avant tout paiement. Payez par chèque et réclamez une facture.

Si vous n'êtes pas satisfait, refusez de payer et cherchez une solution à l'amiable avec l'artisan. Sans accord, adressez-lui une lettre recommandée de mise en demeure avec AR pour qu'il finisse les travaux, puis adressez-vous à la DGCCRF ou à une association de consommateurs. 

Les pièges à éviter

. En comparant, vérifiez les différentes prestations, les surfaces, les matériaux qui peuvent jouer sur le prix. Certains professionnels affichent des frais de déplacement et de main-d'oeuvre attractifs, mais se rattrapent sur le prix des pièces parfois d'occasion. 

. Méfiez-vous des devis trop "légers". Certains n'hésitent pas à le baisser pour obtenir le chantier puis expliquent ensuite qu'il est nécessaire de faire des réparations supplémentaires. 

. Oubliez les numéros d'artisans que vous trouvez* sur les prospectus. Ces entreprises sont peu scrupuleuses sévissant sur les créneaux de nuit et de week-end. À Paris, entre 1500 et 2000 plaintes sont déposées contre elles chaque année. 

. Méfiez-vous des noms d'entreprise comme "les bâtisseurs...", les "compagnons..." et même de "Père en fils" qui ne prouvent pas leur honnêteté. 

. Refusez de payer en liquide tout de suite même si on vous propose une réduction de 10 à 20%. 

. Certains artisans profitent de l'intervention pour vous proposer de changer vos installations. Prenez le temps de comparer tranquillement. 

* dissimulés dans les numéros utiles de votre ville